La sanction valable à compter de lundi prochain entraînera l'annulation de deux éditions du programme AnnoZero dirigé par Michele Santoro et diffusé le jeudi soir.

La suspension a été motivée officiellement par des insultes à l'adresse du directeur général Mauro Masi, lors de l'émission de rentrée le 22 septembre. Mais de nombreux médias ont estimé que Santoro était en fait puni pour son indépendance d'esprit.

"Il s'agit d'une décision disciplinaire d'une gravité inédite", a dénoncé M. Santoro annonçant des recours "dans toutes les instances possibles".

La punition "à mon égard se transformera en punition pour la rédaction, le public, les annonceurs, la Rai", a affirmé M. Santoro. Il a dénoncé un "attentat à la télévision" et rappelé que son émission dépassait régulièrement les 20% d'audimat.

Pour son avocat, Domenico D'Amati, la sanction dérive d'un "usage anormal du pouvoir disciplinaire, avec pour objectif de réprimer le droit à l'information et à la critique correctement exercés par AnnoZero".

M. Berlusconi, propriétaire des trois chaînes télévisées du groupe Mediaset et qui a placé des fidèles dans le conseil d'administration de la Rai, fustige régulièrement l'émission de Santoro qu'il juge trop partiale.

Levif.be avec Belga

La sanction valable à compter de lundi prochain entraînera l'annulation de deux éditions du programme AnnoZero dirigé par Michele Santoro et diffusé le jeudi soir. La suspension a été motivée officiellement par des insultes à l'adresse du directeur général Mauro Masi, lors de l'émission de rentrée le 22 septembre. Mais de nombreux médias ont estimé que Santoro était en fait puni pour son indépendance d'esprit. "Il s'agit d'une décision disciplinaire d'une gravité inédite", a dénoncé M. Santoro annonçant des recours "dans toutes les instances possibles". La punition "à mon égard se transformera en punition pour la rédaction, le public, les annonceurs, la Rai", a affirmé M. Santoro. Il a dénoncé un "attentat à la télévision" et rappelé que son émission dépassait régulièrement les 20% d'audimat. Pour son avocat, Domenico D'Amati, la sanction dérive d'un "usage anormal du pouvoir disciplinaire, avec pour objectif de réprimer le droit à l'information et à la critique correctement exercés par AnnoZero". M. Berlusconi, propriétaire des trois chaînes télévisées du groupe Mediaset et qui a placé des fidèles dans le conseil d'administration de la Rai, fustige régulièrement l'émission de Santoro qu'il juge trop partiale. Levif.be avec Belga