"Nous respectons la décision du peuple", a affirmé le chef de la liste centriste Bleu-Blanc qui espérait pouvoir former une coalition et succéder à M. Netanyahu.

Après avoir déclaré la veille qu'il avait gagné, M. Gantz, entouré de ses partenaires en tête de liste, a estimé que sa liste avait "mis en place une alternative au pouvoir".

Le numéro deux de sa liste Yaïr Lapid a de son côté affirmé que la liste Bleu-Blanc comptait "rendre la vie amère au gouvernement Netanyahu".

Le mieux placé pour former le prochain gouvernement, Benjamin Netanyahu est sur la voie d'un cinquième mandat de Premier ministre.

Après le dépouillement de la quasi-totalité des votes aux élections de mardi, M. Netanyahu et son parti sont crédités d'autant de sièges (35) que la liste Bleu-blanc (centre-droit) de Benny Gantz par les projections des médias. Mais M. Netanyahu devrait pouvoir réunir, avec d'autres formations de droite, une majorité absolue de 65 sièges sur 120, quand son rival en paraît très éloigné.

En attendant la fin du dépouillement des bulletins des soldats ou des personnes hospitalisées d'ici à jeudi après-midi, sa victoire ne laissait plus guère de place au doute.

"Nous respectons la décision du peuple", a affirmé le chef de la liste centriste Bleu-Blanc qui espérait pouvoir former une coalition et succéder à M. Netanyahu.Après avoir déclaré la veille qu'il avait gagné, M. Gantz, entouré de ses partenaires en tête de liste, a estimé que sa liste avait "mis en place une alternative au pouvoir".Le numéro deux de sa liste Yaïr Lapid a de son côté affirmé que la liste Bleu-Blanc comptait "rendre la vie amère au gouvernement Netanyahu". Le mieux placé pour former le prochain gouvernement, Benjamin Netanyahu est sur la voie d'un cinquième mandat de Premier ministre.Après le dépouillement de la quasi-totalité des votes aux élections de mardi, M. Netanyahu et son parti sont crédités d'autant de sièges (35) que la liste Bleu-blanc (centre-droit) de Benny Gantz par les projections des médias. Mais M. Netanyahu devrait pouvoir réunir, avec d'autres formations de droite, une majorité absolue de 65 sièges sur 120, quand son rival en paraît très éloigné.En attendant la fin du dépouillement des bulletins des soldats ou des personnes hospitalisées d'ici à jeudi après-midi, sa victoire ne laissait plus guère de place au doute.