Les élèves de cet établissement pour filles étaient en cours lorsque la fuite a émané d'un conteneur rempli de produits chimiques industriels, garé dans un dépôt à proximité de l'école.

"Environ 200 élèves ont été admises dans quatre hôpitaux. Aucun cas n'est grave. La situation est désormais revenue à la normale", a détaillé le sous-commissaire Romil Baaniya.

La police va intenter une action à l'encontre des manutentionnaires pour négligence, a ajouté M. Baaniya.

Les fuites de gaz ne sont pas rares en Inde, la plupart des cas étant liés à une défaillance des normes de sécurité.

En 2014, six personnes avaient été tuées à la suite d'une fuite de gaz toxique dans l'une des plus grandes usines sidérurgiques du pays dans l'Etat central de Chhattisgarh.

En 1984, 40 tonnes de gaz toxique s'étaient échappés de l'usine de pesticides du groupe américain Union Carbide à Bhopal (centre). Cette catastrophe, la plus grave de l'histoire industrielle et ses conséquences avaient fait plus de 25.000 morts.

Les élèves de cet établissement pour filles étaient en cours lorsque la fuite a émané d'un conteneur rempli de produits chimiques industriels, garé dans un dépôt à proximité de l'école. "Environ 200 élèves ont été admises dans quatre hôpitaux. Aucun cas n'est grave. La situation est désormais revenue à la normale", a détaillé le sous-commissaire Romil Baaniya.La police va intenter une action à l'encontre des manutentionnaires pour négligence, a ajouté M. Baaniya.Les fuites de gaz ne sont pas rares en Inde, la plupart des cas étant liés à une défaillance des normes de sécurité.En 2014, six personnes avaient été tuées à la suite d'une fuite de gaz toxique dans l'une des plus grandes usines sidérurgiques du pays dans l'Etat central de Chhattisgarh. En 1984, 40 tonnes de gaz toxique s'étaient échappés de l'usine de pesticides du groupe américain Union Carbide à Bhopal (centre). Cette catastrophe, la plus grave de l'histoire industrielle et ses conséquences avaient fait plus de 25.000 morts.