Dans une interview accordée au quotidien britannique, le travailliste Jeremy Corbyn insiste sur le résultat de cette élection législative anticipée. Pour lui, "gagner l'élection" est le seul bon résultat possible pour le Labour. Son propos intervient alors que son parti continue, selon les derniers sondages, de réduire l'écart avec la Première ministre Theresa May.
...

Dans une interview accordée au quotidien britannique, le travailliste Jeremy Corbyn insiste sur le résultat de cette élection législative anticipée. Pour lui, "gagner l'élection" est le seul bon résultat possible pour le Labour. Son propos intervient alors que son parti continue, selon les derniers sondages, de réduire l'écart avec la Première ministre Theresa May. A la base, le leader du Parti travailliste avait annoncé qu'il était prêt à se satisfaire d'une augmentation du nombre de votes, ou même d'être battu si les députés du Labour conservaient la plupart de leurs sièges. Mais la prudence a fait place à l'ambition. A présent plus confiant, il explique à The Independent comment le nombre de personnes faisant campagne pour le Labour a augmenté. Son parti qui, selon ses dires, a également reçu un nombre grandissant de dons durant la campagne. A la question de ce que pourrait être un bon résultat pour lui le 8 juin, il répond sans équivoque : "gagner les élections ". Même si Theresa May est toujours donnée vainqueur, il commence à être convaincu que c'est possible. "Regardez l'enthousiasme. Regardez le nombre de personnes qui font maintenant campagne pour le Labour. Ce que nous invitons les gens à faire c'est avoir des conversations à propos du genre de société et de monde dans lequel on voudrait être ", déclare-t-il. S'il remporte l'élection, les premiers actes de Jeremy Corbyn pourraient être de retarder une visite d'Etat de Donald Trump, d'aider les étudiants qui se sont lourdement endettés ou encore de revoir les frais de scolarité. Il se veut proche et à l'écoute des électeurs : "J'écoute leurs histoires, leurs points de vue, leurs problèmes, leurs joies, leurs succès, et c'est cette politique-là que je veux mener. (...) Vous devez représenter les gens et ce qu'ils essaient d'accomplir. Si vous vous coupez des gens, vous n'êtes pas bon dans ce que vous faites. Moi, c'est quelque chose que j'aime". Son interview intervient au moment où les Conservateurs tentent de donner un nouveau souffle à leur campagne suite à la pression mise sur Theresa May, notamment à cause de ses embarrassants changements de cap et son refus de débattre avec les autres candidats comme ce fut encore le cas hier lors de celui diffusé par la BBC. Les sondages montrent d'ailleurs un retournement de situation entre l'écart d'il y a un mois, qui annonçait une victoire certaine pour les Tories, et les récents résultats qui montrent un schéma plus indécis. Les projections de siège prévoient pour l'instant un Parlement plus divisé que jamais, soit une situation loin d'être confortable pour l'actuelle Première ministre.