La révolution économique : il n'intègre pas trois nations - la Chine, l'Inde et le Brésil - plus riches que le plus " pauvre " de ses membres, le Canada. La révolution citoyenne : depuis les violences du sommet de Gênes en 2001, il n'a pas trouvé d'autre réponse qu'une organisation en mode " forteresse " sans réelle ouverture vers la société civile. Et, même si l'échec de celle-là n'est pas lié à la structure du G7, la révolution féministe : des neuf dirigeants réunis pour la photo de famille sur la côte basque française (Etats-Unis, Royaume-Uni, Canada, Japon, Allemagne, France, Italie, ainsi que, pour l'UE, les présidents de la Commission et du Conseil), seule Angel...