Située non loin de Madrid tout près de l'Escurial, le complexe du roi Philippe II édifié au 16e siècle, la Valle de los Caidos abrite les restes des victimes de la Guerre d'Espagne. Près de 34 000 combattants, républicains et nationalistes confondus, dont plus de 12 000 n'ont jamais été identifiés, y sont enterrés. Beaucoup d'entre eux ont été transférés de fosses communes et de cimetières partout en Espagne, souvent sans autorisation, et même parfois à l'insu de leurs familles.

Lieu de pèlerinage franquiste

Les socialistes espagnols souhaitent transformer la Vallée en un lieu neutre de réconciliation, en l'honneur de tous les morts de la Guerre d'Espagne. Aujourd'hui, la vallée est un lieu de pèlerinage franquiste. Quarante-deux ans après la mort du Caudillo, la Fundacion Nacional Francisco Franco fleurit toujours sa tombe. La basilique de la Vallée abrite aussi la tombe d'Antonio Primo Rivera, le fondateur de la Phalange espagnole exécuté en 1936 et transféré en 1959 dans la Vallée par Franco.

Comme l'explique De Standaard, il y a des années que les socialistes espagnols essaient de "défranquiser" la Valle de los Caidos et de faire transférer les restes du dictateur dans un caveau de famille. Ils se sont toujours heurtés au refus du gouvernement conservateur du Premier ministre Mariano Rajoy qui juge inutile, tout comme la famille de Franco d'ailleurs, de rouvrir de vieilles blessures.

Aujourd'hui, grâce au soutien de Podemos et de Ciudadanos, les socialistes bénéficient d'une majorité en faveur de leur proposition. Cependant, même si l'exhumation de Franco est approuvée, cela ne signifie pas pour autant qu'il sera effectivement déterré. Rajoy et son Partido Popular (PP) ne sont toujours pas d'accord, et comme la résolution n'est pas une loi, ils peuvent continuer à l'ignorer.