Certains ont été accueillis par François Hollande en personne et sa compagne la journaliste Valérie Trierweiler dans la cour de l'Elysée. "La moindre des choses, c'est de venir à la rencontre de celles et ceux qui ont mis trois heures, parfois davantage, pour visiter, avec une météo qui n'est pas la meilleure", a commenté à la chaîne d'information BFMTV le chef de l'Etat, qui s'adressera dimanche soir aux Français à la télévision pour tenter d'expliquer sa politique.

A l'Assemblée nationale, c'est le président de la Chambre haute Claude Bartolone qui accueillait les visiteurs. Au total douze millions de curieux sont attendus samedi et dimanche dans tous les monuments et sites des Journées du patrimoine.

Dans un registre plus grave, plus de 300 visiteurs se sont pressés samedi matin à la prison Montluc de Lyon (centre), l'ancien lieu de tortures et d'exécutions pendant l'Occupation nazie (1940-45), où fut détenu le symbole de la résistance française Jean Moulin.

De même en Alsace (est), l'ancien camp de concentration du Struthof (seul camp de concentration sur le sol français pendant l'occupation), en cours de restauration, ouvre exceptionnellement les vestiaires où les déportés devaient se déshabiller et une partie de la sinistre baraque où se trouvait le four crématoire.

Mais c'est une ancienne chocolaterie Meunier à Noisiel près de Paris qui est l'un des sites les plus prisés des visiteurs, avec son moulin spectaculaire adossé aux berges de la Marne.

Certains ont été accueillis par François Hollande en personne et sa compagne la journaliste Valérie Trierweiler dans la cour de l'Elysée. "La moindre des choses, c'est de venir à la rencontre de celles et ceux qui ont mis trois heures, parfois davantage, pour visiter, avec une météo qui n'est pas la meilleure", a commenté à la chaîne d'information BFMTV le chef de l'Etat, qui s'adressera dimanche soir aux Français à la télévision pour tenter d'expliquer sa politique. A l'Assemblée nationale, c'est le président de la Chambre haute Claude Bartolone qui accueillait les visiteurs. Au total douze millions de curieux sont attendus samedi et dimanche dans tous les monuments et sites des Journées du patrimoine. Dans un registre plus grave, plus de 300 visiteurs se sont pressés samedi matin à la prison Montluc de Lyon (centre), l'ancien lieu de tortures et d'exécutions pendant l'Occupation nazie (1940-45), où fut détenu le symbole de la résistance française Jean Moulin. De même en Alsace (est), l'ancien camp de concentration du Struthof (seul camp de concentration sur le sol français pendant l'occupation), en cours de restauration, ouvre exceptionnellement les vestiaires où les déportés devaient se déshabiller et une partie de la sinistre baraque où se trouvait le four crématoire. Mais c'est une ancienne chocolaterie Meunier à Noisiel près de Paris qui est l'un des sites les plus prisés des visiteurs, avec son moulin spectaculaire adossé aux berges de la Marne.