Selon BFMTV, Jean-Yves Le Drian a annoncé mercredi soir au chef de l'Etat qu'il avait choisi Emmanuel Macron dans l'optique de la présidentielle. "Je t'annonce que je vais soutenir Emmanuel Macron. Ma décision est prise. C'est imminent", a-t-il dit au président de la République. Il lui a alors confié que ce soutien interviendrait dans le courant de la semaine prochaine, selon BFMTV.

Toujours selon BFMTV, François Hollande, très mécontent, lui a demandé d'attendre jusqu'au 20 mars, date de la publication de la liste officielle des candidats par le Conseil constitutionnel. François Hollande qui, le matin même en Conseil des ministres, avait demandé aux membres de son gouvernement de faire preuve de "retenue et de cohésion", est moins gêné par le choix de son ministre de la Défense que par l'agenda suivi.

François Hollande estime que la décision arrive trop tôt et pourrait handicaper la campagne de Benoît Hamon, candidat désigné par la primaire à gauche, souligne BFMTV.

Invité sur l'antenne de BFMTV, l'éditorialiste politique Christophe Barbier voit dans le ralliement prochain de Jean-Yves Le Drian à Emmanuel Macron une très bonne nouvelle pour celui-ci: "Jean-Yves Le Drian, c'est un des trois ministres qui aura fait tout le quinquennat. Donc ça veut dire que c'est quand même un pilier de la 'Hollandie' et du mandat. C'est un ministre dont le bilan est jugé excellent sur un domaine régalien, la Défense, où Emmanuel Macron est faible! Il n'est pas très 'géopolitique', pas très 'régalien', il n'a pas l'ampleur internationale de certains de ses concurrents. Et puis c'est un homme (Le Drian, ndr) qui plaît à la droite comme à la gauche, à la fois régionalement, en Bretagne, et nationalement. Ce n'est pas quelqu'un d'idéologiquement marqué ou répulsif pour l'électorat donc c'est une très belle prise de guerre, si j'ose dire".

Selon les informations de BFMTV, il aurait été convenu entre Jean-Yves Le Drian et l'équipe d'Emmanuel Macron que le ministre apparaisse le 18 mars prochain, peu avant un grand rassemblement de Benoît Hamon, dans un meeting de l'ex-ministre de l'Economie consacré aux thèmes régaliens. Il devrait même y prendre la parole et dévoiler le programme du fondateur d' "En marche! " en ce qui concerne le ministère de la Défense.

Selon BFMTV, Jean-Yves Le Drian a annoncé mercredi soir au chef de l'Etat qu'il avait choisi Emmanuel Macron dans l'optique de la présidentielle. "Je t'annonce que je vais soutenir Emmanuel Macron. Ma décision est prise. C'est imminent", a-t-il dit au président de la République. Il lui a alors confié que ce soutien interviendrait dans le courant de la semaine prochaine, selon BFMTV. Toujours selon BFMTV, François Hollande, très mécontent, lui a demandé d'attendre jusqu'au 20 mars, date de la publication de la liste officielle des candidats par le Conseil constitutionnel. François Hollande qui, le matin même en Conseil des ministres, avait demandé aux membres de son gouvernement de faire preuve de "retenue et de cohésion", est moins gêné par le choix de son ministre de la Défense que par l'agenda suivi. François Hollande estime que la décision arrive trop tôt et pourrait handicaper la campagne de Benoît Hamon, candidat désigné par la primaire à gauche, souligne BFMTV. Invité sur l'antenne de BFMTV, l'éditorialiste politique Christophe Barbier voit dans le ralliement prochain de Jean-Yves Le Drian à Emmanuel Macron une très bonne nouvelle pour celui-ci: "Jean-Yves Le Drian, c'est un des trois ministres qui aura fait tout le quinquennat. Donc ça veut dire que c'est quand même un pilier de la 'Hollandie' et du mandat. C'est un ministre dont le bilan est jugé excellent sur un domaine régalien, la Défense, où Emmanuel Macron est faible! Il n'est pas très 'géopolitique', pas très 'régalien', il n'a pas l'ampleur internationale de certains de ses concurrents. Et puis c'est un homme (Le Drian, ndr) qui plaît à la droite comme à la gauche, à la fois régionalement, en Bretagne, et nationalement. Ce n'est pas quelqu'un d'idéologiquement marqué ou répulsif pour l'électorat donc c'est une très belle prise de guerre, si j'ose dire". Selon les informations de BFMTV, il aurait été convenu entre Jean-Yves Le Drian et l'équipe d'Emmanuel Macron que le ministre apparaisse le 18 mars prochain, peu avant un grand rassemblement de Benoît Hamon, dans un meeting de l'ex-ministre de l'Economie consacré aux thèmes régaliens. Il devrait même y prendre la parole et dévoiler le programme du fondateur d' "En marche! " en ce qui concerne le ministère de la Défense.