Le désormais ex-ministre affirme que les emplois de ses enfants étaient bien légaux et réels mais qu'il souhaite "préserver l'action gouvernementale". Alors que d'autres personnalités politiques françaises, comme les candidats à la présidentielle Marine Le Pen et François Fillon, sont concernés par des scandales d'emplois supposés fictifs, Bruno Le Roux "ne veut à aucun prix que ce débat fait d'amalgames puisse porter atteinte au travail du gouvernement". Il sera remplacé par l'actuel secrétaire d'Etat chargé du commerce extérieur, Matthias Fekl, a indiqué l'Elysée dans un communiqué.

Selon l'émission Quotidien de la chaîne TMC diffusée lundi, Bruno Le Roux a employé ses filles en contrat à durée déterminée, alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes, entre 2009 et 2016, pour un montant total de quelque 55.000 euros réparti sur 24 contrats. Elles n'avaient, lors de leur premier engagement, que 15 et 16 ans. D'après l'émission de Yann Barthès, certains contrats se sont superposés à d'autres stages ou occupations des filles du député d'alors. Notamment un CDD de deux mois effectué à l'été 2013 par l'aînée de M. Le Roux alors qu'elle était en même temps stagiaire dans un magasin de Tournai. Le ministre de l'Intérieur a avancé des "horaires renforcés", qui auraient permis aux collaboratrices parlementaires temporaires d'effectuer leur travail malgré d'autres obligations.

Dans une brève communication télévisée, Bruno Le Roux a affirmé à 18h son honnêteté, confirmant que "ces contrats correspondaient tous bien sûr à des travaux effectivement réalisés".

Le désormais ex-ministre affirme que les emplois de ses enfants étaient bien légaux et réels mais qu'il souhaite "préserver l'action gouvernementale". Alors que d'autres personnalités politiques françaises, comme les candidats à la présidentielle Marine Le Pen et François Fillon, sont concernés par des scandales d'emplois supposés fictifs, Bruno Le Roux "ne veut à aucun prix que ce débat fait d'amalgames puisse porter atteinte au travail du gouvernement". Il sera remplacé par l'actuel secrétaire d'Etat chargé du commerce extérieur, Matthias Fekl, a indiqué l'Elysée dans un communiqué. Selon l'émission Quotidien de la chaîne TMC diffusée lundi, Bruno Le Roux a employé ses filles en contrat à durée déterminée, alors qu'elles étaient lycéennes puis étudiantes, entre 2009 et 2016, pour un montant total de quelque 55.000 euros réparti sur 24 contrats. Elles n'avaient, lors de leur premier engagement, que 15 et 16 ans. D'après l'émission de Yann Barthès, certains contrats se sont superposés à d'autres stages ou occupations des filles du député d'alors. Notamment un CDD de deux mois effectué à l'été 2013 par l'aînée de M. Le Roux alors qu'elle était en même temps stagiaire dans un magasin de Tournai. Le ministre de l'Intérieur a avancé des "horaires renforcés", qui auraient permis aux collaboratrices parlementaires temporaires d'effectuer leur travail malgré d'autres obligations. Dans une brève communication télévisée, Bruno Le Roux a affirmé à 18h son honnêteté, confirmant que "ces contrats correspondaient tous bien sûr à des travaux effectivement réalisés".