Le ministre de l'Intérieur français Christophe Castaner a prévenu que jusqu'à 2.000 "activistes radicaux" pouvaient essayer de "semer la violence et le chaos" et pourraient être rejoints par des Gilets jaunes "radicalisés", même si les syndicats sont déterminés à éviter toute violence.

Les commerces situés le long du parcours de la manifestation ont dû fermer pour l'après-midi. L'an dernier, le 1er mai avait donné lieu à des affrontements entre 1.200 manifestants masqués et les forces anti-émeutes.

Des affrontements ont également régulièrement eu lieu ces derniers mois lors des manifestations des Gilets jaunes, à Paris mais aussi ailleurs en France.

Environ 7.400 policiers et gendarmes devraient être déployés dans la capitale, avec l'ordre de réagir rapidement et d'arrêter tout fauteur de trouble immédiatement, a précisé M. Castaner.