La Turquie réclame aujourd'hui son "arrestation urgente" et son extradition depuis les Etats-Unis, l'homme étant accusé d'être derrière le coup d'Etat manqué du 15 juillet dernier. El...

La Turquie réclame aujourd'hui son "arrestation urgente" et son extradition depuis les Etats-Unis, l'homme étant accusé d'être derrière le coup d'Etat manqué du 15 juillet dernier. Elle vient en outre d'adopter un plan visant à éradiquer le réseau Gülen dans le monde (écoles, instituts, festivals...), et s'est même adjoint les services d'un cabinet d'avocats londonien pour parvenir à ses fins. Après les remous autour de la reconnaissance du génocide arménien, la Belgique va-t-elle à nouveau passer par une délicate négociation en coulisse avec le turbulent allié turc ? "Les pressions s'exerceront moins d'Etat à Etat que via des appels sur les réseaux sociaux à la délation, à la haine ou au boycott, explique une source dans les milieux gülénistes de Belgique. Ils pourraient s'avérer plus efficaces pour saper le mouvement que des demandes directes." Ils comptent donc sur la vigilance des autorités belges.