Créé en 1987, le programme européen d'aide alimentaire (PEAD) permettait d'acheminer les excédents agricoles vers les organisations caritatives d'aide aux plus pauvres. Mais ces excédents ont fondu au fil des ans, à la suite de la libéralisation de la PAC. Pour compenser, la Commission européenne finance désormais l'achat de nourriture sur le marché, à hauteur d'environ 500 millions d'euros par an.

L'Allemagne et d'autres pays contestent ce financement, qu'ils veulent limiter à la valeur réelle des stocks agricoles, soit un peu plus de 100 millions d'euros.

Ces Etats ont obtenu gain de cause devant la Cour européenne de Justice. Un compromis permettant le maintien du programme pendant deux ans a ensuite été négocié avec les pays favorable à sa poursuite, dont la Belgique. C'est cet accord qui a été entériné mercredi Strasbourg par les parlementaires européens.

A l'instar de nombreux autres députés, le socialiste belge Marc Tarabella s'inquiète de la coupe prévue dans le budget du PEAD. "Il est important qu'une solution soit trouvée. Nous serons vigilants à ce que soit mis en place un nouveau dispositif à partir de 2014 pour assurer une meilleure cohésion sociale et éviter que des millions de personne ne sombrent, au sein de l'Europe, en pleine famine", a-t-il déclaré.

Le Vif.be, avec Belga

Créé en 1987, le programme européen d'aide alimentaire (PEAD) permettait d'acheminer les excédents agricoles vers les organisations caritatives d'aide aux plus pauvres. Mais ces excédents ont fondu au fil des ans, à la suite de la libéralisation de la PAC. Pour compenser, la Commission européenne finance désormais l'achat de nourriture sur le marché, à hauteur d'environ 500 millions d'euros par an. L'Allemagne et d'autres pays contestent ce financement, qu'ils veulent limiter à la valeur réelle des stocks agricoles, soit un peu plus de 100 millions d'euros. Ces Etats ont obtenu gain de cause devant la Cour européenne de Justice. Un compromis permettant le maintien du programme pendant deux ans a ensuite été négocié avec les pays favorable à sa poursuite, dont la Belgique. C'est cet accord qui a été entériné mercredi Strasbourg par les parlementaires européens. A l'instar de nombreux autres députés, le socialiste belge Marc Tarabella s'inquiète de la coupe prévue dans le budget du PEAD. "Il est important qu'une solution soit trouvée. Nous serons vigilants à ce que soit mis en place un nouveau dispositif à partir de 2014 pour assurer une meilleure cohésion sociale et éviter que des millions de personne ne sombrent, au sein de l'Europe, en pleine famine", a-t-il déclaré. Le Vif.be, avec Belga