"Il ne connaît aucune limite! Qui es-tu pour parler au président de la Turquie?... Connais tes limites! Il tente de nous faire la leçon... Depuis combien de temps fais-tu de la politique ? Quel âge as-tu ?", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours télévisé.

Cette attaque personnelle contre Sigmar Gabriel survient au lendemain d'un accrochage verbal entre Ankara et Berlin, dont les relations sont déjà très tendues.

M. Erdogan a enjoint aux Turcs qui disposent également de la nationalité allemande de "donner une leçon" aux partis chrétien-démocrate (CDU), social-démocrate (SPD), dont M. Gabriel est membre, et aux Verts, tous "irrespectueux envers la Turquie", lors des élections du 24 septembre.

Sigmar Gabriel y a vu "un acte d'ingérence exceptionnel dans la souveraineté de notre pays", avant que la chancelière Angela Merkel dise, par le biais d'un porte-parole, ne "tolérer aucun type d'ingérence".

"Bien sûr qu'ils se sont sentis mal à l'aise. Ils ont tous commencé à faire des bonds", a encore déclaré le président turc samedi dans un discours à des sympathisants dans la province de Denizli (sud-ouest).

Il a aussi réitéré son appel aux Turcs d'Allemagne à ne voter ni pour le SPD, ni pour la CDU, ni pour les Verts.

"Donnez-leur une leçon (à ces trois partis, ndlr) lors des élections allemandes. Ils font campagne contre la Turquie. Votez pour ceux qui n'ont aucune animosité envers la Turquie", a-t-il déclaré.

"Peu importe que l'Allemagne nous ouvre ses portes. Nous avons assez de portes", a encore lancé M. Erdogan.

La diaspora turque en Allemagne, forte de trois millions de personnes, est la plus importante dans le monde et près de 1,2 million de Turcs disposent également de la nationalité allemande, ce qui leur permettra de voter lors des élections législatives du 24 septembre.

Par le passé, les Allemands d'origine turque ont voté plutôt à gauche, en majorité pour le SPD. Mais Recep Tayyip Erdogan est très populaire au sein de la diaspora turque en Allemagne, qui a voté à 59% pour son parti aux législatives de novembre 2015.

"Il ne connaît aucune limite! Qui es-tu pour parler au président de la Turquie?... Connais tes limites! Il tente de nous faire la leçon... Depuis combien de temps fais-tu de la politique ? Quel âge as-tu ?", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours télévisé. Cette attaque personnelle contre Sigmar Gabriel survient au lendemain d'un accrochage verbal entre Ankara et Berlin, dont les relations sont déjà très tendues.M. Erdogan a enjoint aux Turcs qui disposent également de la nationalité allemande de "donner une leçon" aux partis chrétien-démocrate (CDU), social-démocrate (SPD), dont M. Gabriel est membre, et aux Verts, tous "irrespectueux envers la Turquie", lors des élections du 24 septembre.Sigmar Gabriel y a vu "un acte d'ingérence exceptionnel dans la souveraineté de notre pays", avant que la chancelière Angela Merkel dise, par le biais d'un porte-parole, ne "tolérer aucun type d'ingérence"."Bien sûr qu'ils se sont sentis mal à l'aise. Ils ont tous commencé à faire des bonds", a encore déclaré le président turc samedi dans un discours à des sympathisants dans la province de Denizli (sud-ouest).Il a aussi réitéré son appel aux Turcs d'Allemagne à ne voter ni pour le SPD, ni pour la CDU, ni pour les Verts."Donnez-leur une leçon (à ces trois partis, ndlr) lors des élections allemandes. Ils font campagne contre la Turquie. Votez pour ceux qui n'ont aucune animosité envers la Turquie", a-t-il déclaré."Peu importe que l'Allemagne nous ouvre ses portes. Nous avons assez de portes", a encore lancé M. Erdogan.La diaspora turque en Allemagne, forte de trois millions de personnes, est la plus importante dans le monde et près de 1,2 million de Turcs disposent également de la nationalité allemande, ce qui leur permettra de voter lors des élections législatives du 24 septembre.Par le passé, les Allemands d'origine turque ont voté plutôt à gauche, en majorité pour le SPD. Mais Recep Tayyip Erdogan est très populaire au sein de la diaspora turque en Allemagne, qui a voté à 59% pour son parti aux législatives de novembre 2015.