Des tirs d'artillerie sporadiques de l'armée turque ont également été rapportés hier matin dans les zones frontalières de Tal Abyad et Ras al-Aïn, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

De son côté, le ministère de la Défense turc a affirmé que son opération avait été "menée avec succès durant la nuit, dans les airs et au sol", assurant que des "cibles désignées" avaient été "capturées", sans donner plus de précisons. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes, ont annoncé avoir repoussé un assaut au sol dans le secteur de Ras al-Aïn.

L'offensive a provoqué un tollé international et une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU devait avoir lieu hier. L'objectif affiché de l'opération, dévoilée par le président turc Recep Tayyip Erdogan, est d'éloigner de la frontière la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), épine dorsale des FDS.

En réponse aux critiques européennes, le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé hier d'ouvrir les portes de l'Europe à des millions de réfugiés. "Ô Union européenne, reprenez-vous. Je le dis encore une fois, si vous essayez de présenter notre opération comme une invasion, nous ouvrirons les portes et vous enverrons 3,6 millions de migrants", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Ankara.