Et puis, même si l'air est aux vacances, on n'est pas là pour rêver, crénom ! Au train où Bart et sa troupe de joyeux termites mènent leur danse du scalp, il s'agit de trouver, et vite, une nouvelle " Patrie à aimer ".
...

Et puis, même si l'air est aux vacances, on n'est pas là pour rêver, crénom ! Au train où Bart et sa troupe de joyeux termites mènent leur danse du scalp, il s'agit de trouver, et vite, une nouvelle " Patrie à aimer ". Une " Patrie à aimer " ! Ce n'est ni du Clémenceau ni du Maurras mais du Didier Reynders, figurez-vous. Il y a quelques années, il désignait de la sorte à notre Amour sacré un enchevêtrement de tuyauteries baptisé Fédération Wallonie-Bruxelles où, depuis des décennies, un quarteron de ministres se relaient jour et nuit pour pomper l'eau des caves en nous faisant croire qu'ils pourraient y pêcher l'or qui financerait enfin leurs mirifiques plans quinquennaux. Plombier est un bien joli métier mais vous avouerez que, hormis en Pologne, il n'est pas de nature à déclencher une lame de fond " patriotique ". La " communauté de destin " de Macron, ça vous affiche tout de même une autre gueule. Bref, il est sans doute temps de tourner casaque comme on dit dans le bas d'Uccle et, pauvres mais dignes que diable ! , de partir avant d'être jetés comme des profiteurs ou des junkies. Pour aller où ? Bof, on pourrait toujours s'amuser à " arrondir la France " pour reprendre la formule bidonnante de De Gaulle. Quoi ! Pour toujours ? On verrait bien. De toute façon, je suis assez d'accord avec ce galopin de Jules Renard : " L'Histoire n'est qu'une histoire à dormir debout. " Il sera toujours temps de se réveiller. Le fait est qu'avec le beau-fils idéal qui règne à Paris, nous serions assurés d'être au chaud pendant cinq ans. Dix peut-être... pour autant que le nouveau Jupiter dans l'attente imminente de " sa " majorité absolue, manoeuvre habilement sa centrifugeuse, fédère ses adorateurs, colle à la Super Glue ses transfuges glanés de gauche et de droite, vampe pour de bon ses technocrates et ses stars déguisés en " société civile ", séduise sans discontinuer la Bourse qui sait que cet homme a du lingot en lui et mette sur la paille les héritières de la poissonnerie Le Pen. Ne reste plus qu'à organiser le référendum décisif. Le 14 juillet me paraît être la date idéale et son objet limpide. De trois choses l'une : souhaitons-nous conclure une " souveraineté association ", en revenir aux départements du 14 fructidor de l'an III ou passer en mode TOQ (Territoire d'outre-Quiévrain) ? Question subsidiaire : quel(le) élu(e) voulons-nous voir siéger au gouvernement " En marche ! " ? La bagarre entre Joëlle, Louis et Elio (trois jeunes pousses centristes aux belles espérances) s'annonce d'ores et déjà rafraîchissante. Ces menus détails éclaircis, il sera temps d'exiger " notre " représentant de la " société civile ". A mes yeux, un nom s'impose : Stéphane M., d'Ans. Vous connaissez ? Il est jeune, riche, geek à mort, séduisant, surdiplômé, entreprenant, Liégeois et sans scrupule (je crains une tautologie...). Et, depuis peu, d'une parfaite virginité politique. Emmanuel, c'est sûr, va l'a-do-rer.