"Je vais tenter de former un gouvernement, et je crois que l'Espagne a besoin d'un gouvernement stable", a dit M. Rajoy au siège de son parti. Le PP a obtenu 28,7% des voix et 123 députés, loin de la majorité absolue de 176 sièges.

"Il faudra parler beaucoup, dialoguer et parvenir à des accords", a-t-il ajouté devant des centaines de partisans qui criaient "Espagne ! Espagne!"

"Nous avons du prendre des décisions difficiles" au cours des quatre dernières années pour lutter contre la crise, a reconnu le dirigeant de 60 ans, barbe grise et lunettes rondes. Mais "j'ai fait ce que je croyais qui était dans l'intérêt général de l'Espagne".

La politique d'austérité et la corruption qui éclaboussait le Parti Populaire de M. Rajoy ont favorisé l'émergence de deux nouveaux partis, Podemos de gauche radicale et le libéral Ciudadanos, qui enverront respectivement au parlement 69 et 40 députés.

Le Parti socialiste, arrivé en deuxième position, a obtenu 90 sièges --20 de moins qu'aux dernières élections en 2011-- et le pire résultat de son histoire.

"Je vais tenter de former un gouvernement, et je crois que l'Espagne a besoin d'un gouvernement stable", a dit M. Rajoy au siège de son parti. Le PP a obtenu 28,7% des voix et 123 députés, loin de la majorité absolue de 176 sièges. "Il faudra parler beaucoup, dialoguer et parvenir à des accords", a-t-il ajouté devant des centaines de partisans qui criaient "Espagne ! Espagne!" "Nous avons du prendre des décisions difficiles" au cours des quatre dernières années pour lutter contre la crise, a reconnu le dirigeant de 60 ans, barbe grise et lunettes rondes. Mais "j'ai fait ce que je croyais qui était dans l'intérêt général de l'Espagne". La politique d'austérité et la corruption qui éclaboussait le Parti Populaire de M. Rajoy ont favorisé l'émergence de deux nouveaux partis, Podemos de gauche radicale et le libéral Ciudadanos, qui enverront respectivement au parlement 69 et 40 députés. Le Parti socialiste, arrivé en deuxième position, a obtenu 90 sièges --20 de moins qu'aux dernières élections en 2011-- et le pire résultat de son histoire.