Quelque 61,8 millions d'Allemands sont appelés aux urnes. Les bureaux de vote fermeront à 18H00 et les premières estimations de résultats seront diffusées dès ce moment-là. Au vu des derniers sondages la conservatrice Angela Merkel, aux commandes depuis 2005, est quasiment assurée de pouvoir effectuer un troisième mandat, mais elle risque d'être contrainte de gouverner avec les sociaux-démocrates.

Le dernier sondage, paru dimanche dans le journal Bild am Sonntag, crédite son camp conservateur (CDU/CSU) de 39% et le parti libéral FDP, son partenaire de coalition ces quatre dernières années, de 6%, soit un total de 45% qui ne leur assure pas une majorité.

Les sociaux-démocrates, à 26%, et leurs alliés traditionnels, les Verts, à 9%, n'ont quasiment aucun espoir de pouvoir former une coalition. La constellation la plus probable serait alors une "grande coalition" entre conservateurs et sociaux-démocrates.

"Rarement dans l'histoire de la République fédérale d'Allemagne, le résultat d'élections législatives n'aura été aussi ouvert que cette fois-ci", relevait samedi le grand quotidien munichois Süddeutsche Zeitung, tandis que le Tagesspiegel berlinois titrait dimanche "tout dépend de votre choix".

Quelque 61,8 millions d'Allemands sont appelés aux urnes. Les bureaux de vote fermeront à 18H00 et les premières estimations de résultats seront diffusées dès ce moment-là. Au vu des derniers sondages la conservatrice Angela Merkel, aux commandes depuis 2005, est quasiment assurée de pouvoir effectuer un troisième mandat, mais elle risque d'être contrainte de gouverner avec les sociaux-démocrates. Le dernier sondage, paru dimanche dans le journal Bild am Sonntag, crédite son camp conservateur (CDU/CSU) de 39% et le parti libéral FDP, son partenaire de coalition ces quatre dernières années, de 6%, soit un total de 45% qui ne leur assure pas une majorité. Les sociaux-démocrates, à 26%, et leurs alliés traditionnels, les Verts, à 9%, n'ont quasiment aucun espoir de pouvoir former une coalition. La constellation la plus probable serait alors une "grande coalition" entre conservateurs et sociaux-démocrates. "Rarement dans l'histoire de la République fédérale d'Allemagne, le résultat d'élections législatives n'aura été aussi ouvert que cette fois-ci", relevait samedi le grand quotidien munichois Süddeutsche Zeitung, tandis que le Tagesspiegel berlinois titrait dimanche "tout dépend de votre choix".