"Le gouvernement américain coopère avec les 50 Etats et les territoires américains, les responsables locaux et les partenaires du secteur privé pour identifier les menaces, partager largement les informations et protéger le processus démocratique", indiquent les ministres de la Justice, de la Défense, de la Sécurité intérieure et les responsables du renseignement américain dans un communiqué commun.

Publié à l'occasion d'élections partielles dans certaines parties du pays mardi, ce communiqué intitulé "assurer la sécurité des élections en 2020", rappelle que les adversaires des Etats-Unis "cherchent à affaiblir nos institutions démocratiques, influencer l'opinion publique et affecter la politique du gouvernement". "La Russie, la Chine, l'Iran et d'autres acteurs étrangers malveillants vont chercher à perturber le vote ou à influencer les électeurs", ajoutent-ils.

Lors d'une rencontre avec Vladimir Poutine à Helsinki en juillet 2018, M. Trump avait dit accepter le démenti opposé par le président russe aux accusations d'ingérence dans la course à la présidentielle de 2016, laissant entendre qu'il était plus sensible aux dénégations du dirigeant russe qu'aux conclusions de ses propres services.

En juin dernier au G20 au Japon, M. Trump avait de nouveau, sur le ton de la plaisanterie, minimisé l'ingérence russe.