Les premiers résultats sont attendus au plus tôt à partir de 18h00 GMT, 20h00, heure belge. Des sondages diffusés à l'étranger, et notamment en Belgique, donnent toutefois Emmanuel Macron en tête de ce premier tour de scrutin.

Trois jours après une attaque revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique sur l'avenue parisienne des Champs-Elysées, qui a coûté la vie à un policier, 50.000 policiers et 7.000 militaires ont été déployés.

Sur les onze candidats, un quatuor de favoris se détache, mené par le centriste pro-européen de 39 ans Emmanuel Macron et la candidate d'extrême droite anti-Europe et anti-immigration Marine Le Pen, au coude à coude. Ils sont talonnés par le conservateur François Fillon, au programme économique radical, et par le tribun de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, qui veut renégocier les traités européens. Victime des divisions de son parti et du mécontentement des Français après cinq ans d'exercice du pouvoir, le socialiste Benoît Hamon est largement distancé dans toutes les enquêtes.

Trois heures avant la fermeture des derniers bureaux de vote, la participation s'élevait à 69,42%, en légère baisse par rapport au premier tour de 2012 (70,59%) mais à un des meilleurs niveaux depuis quarante ans, selon le ministère de l'Intérieur. Le taux d'abstention devrait atteindre sur la journée entre 19 et 22%, selon des estimations de plusieurs instituts.

Les premiers résultats sont attendus au plus tôt à partir de 18h00 GMT, 20h00, heure belge. Des sondages diffusés à l'étranger, et notamment en Belgique, donnent toutefois Emmanuel Macron en tête de ce premier tour de scrutin. Trois jours après une attaque revendiquée par le groupe jihadiste Etat islamique sur l'avenue parisienne des Champs-Elysées, qui a coûté la vie à un policier, 50.000 policiers et 7.000 militaires ont été déployés. Sur les onze candidats, un quatuor de favoris se détache, mené par le centriste pro-européen de 39 ans Emmanuel Macron et la candidate d'extrême droite anti-Europe et anti-immigration Marine Le Pen, au coude à coude. Ils sont talonnés par le conservateur François Fillon, au programme économique radical, et par le tribun de la gauche radicale, Jean-Luc Mélenchon, qui veut renégocier les traités européens. Victime des divisions de son parti et du mécontentement des Français après cinq ans d'exercice du pouvoir, le socialiste Benoît Hamon est largement distancé dans toutes les enquêtes. Trois heures avant la fermeture des derniers bureaux de vote, la participation s'élevait à 69,42%, en légère baisse par rapport au premier tour de 2012 (70,59%) mais à un des meilleurs niveaux depuis quarante ans, selon le ministère de l'Intérieur. Le taux d'abstention devrait atteindre sur la journée entre 19 et 22%, selon des estimations de plusieurs instituts.