Quelque 19 millions d'électeurs sont appelés à se prononcer entre la présidente sortante Tsai Ing-wen et son principal adversaire Han Kuo-yu, qui défendent deux visions divergentes pour l'avenir du territoire, séparé politiquement du reste de la Chine depuis sept décennies.

Taïwan, qui a sa monnaie, son drapeau, son armée, sa diplomatie et son gouvernement n'est toutefois considéré comme un pays indépendant que par une poignée de capitales dont le nombre a fondu ces dernières années.

Au pouvoir depuis 2016, la présidente Tsai Ing-wen, candidate à sa réélection, se présente comme la garante des valeurs démocratiques face à l'autoritarisme de Pékin et du président Xi Jinping.

Son principal adversaire, Han Kuo-yu, privilégie le réchauffement des relations avec Pékin, mettant notamment en avant les bénéfices que pourrait en retirer l'île sur le plan économique.

Depuis dix jours, la publication de sondages est interdite à Taïwan. Mais jusque-là, Mme Tsai semblait bénéficier d'une confortable avance sur son adversaire.

Un outsider conservateur est également en compétition: James Soong, 77 ans, président d'un mouvement favorable à Pékin, le Parti du peuple d'abord.

Les bureaux de vote fermeront à 16H00. Les résultats sont attendus dans la soirée.

Quelque 19 millions d'électeurs sont appelés à se prononcer entre la présidente sortante Tsai Ing-wen et son principal adversaire Han Kuo-yu, qui défendent deux visions divergentes pour l'avenir du territoire, séparé politiquement du reste de la Chine depuis sept décennies.Taïwan, qui a sa monnaie, son drapeau, son armée, sa diplomatie et son gouvernement n'est toutefois considéré comme un pays indépendant que par une poignée de capitales dont le nombre a fondu ces dernières années. Au pouvoir depuis 2016, la présidente Tsai Ing-wen, candidate à sa réélection, se présente comme la garante des valeurs démocratiques face à l'autoritarisme de Pékin et du président Xi Jinping.Son principal adversaire, Han Kuo-yu, privilégie le réchauffement des relations avec Pékin, mettant notamment en avant les bénéfices que pourrait en retirer l'île sur le plan économique.Depuis dix jours, la publication de sondages est interdite à Taïwan. Mais jusque-là, Mme Tsai semblait bénéficier d'une confortable avance sur son adversaire.Un outsider conservateur est également en compétition: James Soong, 77 ans, président d'un mouvement favorable à Pékin, le Parti du peuple d'abord.Les bureaux de vote fermeront à 16H00. Les résultats sont attendus dans la soirée.