Parti le samedi 8 mars de Kuala Lumpur en Malaisie pour rejoindre Pékin, le vol MH 370 et ses 239 passagers avaient disparu des écrans radars au-dessus du golfe de Thaïlande peu de temps après le décollage.

Afin d'augmenter les chances de retrouver la trace de l'avion, la compagnie d'imagerie satellite DigitalGlobe a lancé une campagne de "crowdsourcing" via sa plateforme d'échange et de partage Tomnod (grands yeux en mongol). Des images satellitaires prises à partir du dimanche 9 mars ont ainsi été mises en ligne afin de permettre aux internautes de traquer débris et autres traces de carburant suspects sur des dizaines de milliers de km2.

Plus de deux millions de volontaires auraient déjà pris part à l'initiative, saturant rapidement les serveurs de la compagnie qui a affirmé tout mettre en oeuvre pour réguler le trafic.

Pour l'heure, aucun indice "tagué" par les internautes ne s'est révélé concluant, mais les responsables de Digitalglobe ne se découragent pas et ont indiqué qu'ils fourniraient de nouveaux clichés.

En novembre dernier, Tomnod avait déjà hébergé une initiative similaire après le passage du typhon Haiyan aux Philippines. Les informations récoltées par les internautes étaient ensuite transmises aux secouristes sur place.

Parti le samedi 8 mars de Kuala Lumpur en Malaisie pour rejoindre Pékin, le vol MH 370 et ses 239 passagers avaient disparu des écrans radars au-dessus du golfe de Thaïlande peu de temps après le décollage. Afin d'augmenter les chances de retrouver la trace de l'avion, la compagnie d'imagerie satellite DigitalGlobe a lancé une campagne de "crowdsourcing" via sa plateforme d'échange et de partage Tomnod (grands yeux en mongol). Des images satellitaires prises à partir du dimanche 9 mars ont ainsi été mises en ligne afin de permettre aux internautes de traquer débris et autres traces de carburant suspects sur des dizaines de milliers de km2. Plus de deux millions de volontaires auraient déjà pris part à l'initiative, saturant rapidement les serveurs de la compagnie qui a affirmé tout mettre en oeuvre pour réguler le trafic. Pour l'heure, aucun indice "tagué" par les internautes ne s'est révélé concluant, mais les responsables de Digitalglobe ne se découragent pas et ont indiqué qu'ils fourniraient de nouveaux clichés. En novembre dernier, Tomnod avait déjà hébergé une initiative similaire après le passage du typhon Haiyan aux Philippines. Les informations récoltées par les internautes étaient ensuite transmises aux secouristes sur place.