L'entreprise va partager des données avec les enquêteurs, a indiqué un porte-parole à l'agence AAP. "Whatsapp attache énormément d'importance à la sécurité de ses utilisateurs. Nous comprenons l'intérêt de l'enquête en cours et fournirons l'assistance requise aux autorités, conformément à la loi et à nos conditions d'utilisation", a-t-il précisé.

Whatsapp n'a pas accès aux messages envoyés par Théo Hayez car ceux-ci sont cryptés. Mais le service de messagerie peut consulter certaines données comme le nom d'utilisateur, l'adresse IP ou encore la dernière fois que Théo Hayez était actif.

Lundi matin (heure locale), le père du jeune Belge porté disparu, Laurent Hayez, a formulé un appel à toute information pouvant contribuer à l'enquête en cours à Byron Bay pour retrouver son fils. Lors d'une conférence de presse conjointe avec la police australienne, il a également plaidé pour un accès aux données de la messagerie WhatsApp que son fils a utilisée. Après plus de deux semaines de recherches infructueuses, la police australienne s'est dite "déconcertée".