"La plus grande chasse aux sorcières de l'Histoire américaine", a dénoncé le président républicain sur Twitter juste après le vote.

"C'est notre démocratie qui est en jeu", a affirmé dans l'hémicycle la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi.

Plus de vingt ans après le dernier vote ayant ouvert une telle procédure contre Bill Clinton, la Chambre, à majorité démocrate, a adopté une résolution donnant un cadre formel aux investigations par 232 voix favorables contre 196 voix.

Les élus se sont donc très largement conformés aux consignes de leurs partis.

"Mascarade"

"Aujourd'hui, la Chambre avance encore en établissant les procédures pour des auditions publiques", afin que les Américains "puissent se faire leur propre idée sur les faits", a ajouté Mme Pelosi sur un ton solennel.

"C'est inique, anticonstitutionnel et fondamentalement anti-américain", a réagi la Maison Blanche. Les élus républicains ont dénoncé une "mascarade" visant à piétiner le résultat de l'élection de 2016.

Le 24 septembre, Nancy Pelosi avait décidé d'engager son parti sur la voie périlleuse de l'"impeachment" --mise en accusation du président-- après des révélations sur un appel téléphonique entre Donald Trump et son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky au coeur de l'été.

Lors de cet échange, le président républicain avait demandé à son interlocuteur de "se pencher" sur son rival démocrate Joe Biden et les affaires de son fils Hunter en Ukraine.

Les démocrates l'accusent d'avoir abusé de son pouvoir à des fins personnelles, Joe Biden étant bien placé pour l'affronter lors de la présidentielle de 2020.

Affirmant être visé par un "coup d'Etat", l'homme d'affaires martèle que cet appel était "irréprochable".