Des tribus brésiliennes menacées par les agriculteurs et les mineurs (en images)

Il y a dix ans, le peuple Macuxi remportait une bataille juridique pour expulser les riziculteurs de leur réserve, dans une région reculée du Brésil. Aujourd'hui, leurs terres ancestrales sont menacées par le président Jair Bolsonaro. Cette région, à la frontière avec le Venezuela, abrite 25.000 autochtones dont le principal moyen de subsistance est l'élevage du bétail. Mais la terre reste convoitée par les agriculteurs commerciaux et les prospecteurs miniers, qui croient que la région est riche en minéraux : or, diamants, cuivre, molybdène, bauxite et niobium, métal utilisé pour renforcer l'acier que Bolsonaro considère comme "stratégique".

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné