"Aujourd'hui ou durant la semaine, le plus vite possible, deux ou trois policiers vont être envoyés en Angleterre", a indiqué le parquet fédéral. De cette manière, ils pourront avoir des contacts privilégiés avec leurs collègues britanniques et s'échanger mutuellement les preuves et indices récoltés jusqu'ici.

A ce stade de l'enquête, on ignore toujours à quel endroit les victimes sont montées à bord du camion frigorifique. Les recherches ont toutefois démontré que le conteneur avait bien transité par la Belgique.

Samedi, le chauffeur soupçonné d'avoir tracté la remorque jusqu'à Zeebrugge a été arrêté en Irlande. Le conducteur du camion Scania, qui a tracté par la suite cette remorque jusqu'en Grande-Bretagne, a quant à lui été inculpé pour homicides involontaires, trafic d'êtres humains, aide à l'immigration illégale et blanchiment d'argent. Il doit être présenté ce lundi devant la justice britannique.

Trois autres personnes ont été interpellées dans le cadre de cette enquête, menée par la police de l'Essex, dont les anciens propriétaires du camion Scania, avant d'être remises en liberté ensuite.

Mercredi dernier, 39 corps ont été découverts dans une remorque frigorifique, dans une zone industrielle de Grays, à une trentaine de kilomètres de Londres en Grande-Bretagne.

Alors que les premières informations laissaient penser que les victimes, 31 hommes et huit femmes, étaient de nationalité chinoise, des doutes sont apparus quand de nombreuses familles vietnamiennes (au moins 24) ont dit craindre que leurs proches ne figurent parmi les victimes.