Une première vague de la caravane de marcheurs provenant du Honduras, du Guatemala ou d'El Salvador est arrivée dans un stade de la capitale mexicaine. Plus de 1.000 personnes se sont également rassemblées à Puebla, à 125 kilomètres au sud-ouest de Mexico-City, pour rallier ensemble la capitale.

Environ 2.000 migrants sont toujours en route entre Oaxaca, plus au Sud, et Puebla. Ils se sont répartis en plusieurs plus petits groupes, après que le gouvernement de la région de Veracruz est revenu sur sa promesse de leur fournir des camions pour faciliter leur parcours vers Mexico, comme l'a rapporté l'organisation Pueblo Sin Fronteras. Cette partie du trajet est réputée dangereuse, car les narcotrafiquants, qui dominent la région, s'en prennent régulièrement aux voyageurs.

Deux autres caravanes se situent dans l'Etat du Chiapas, encore plus au Sud. L'une compte 1.500 Honduriens et a parcouru 180 kilomètres depuis la frontière avec le Guatemala, tandis que l'autre - 2.000 personnes d'El Salvador - se trouvait dimanche à 40 km de la frontière sud du Mexique.

Les marcheurs fuient la pauvreté et la violence dans leurs pays d'origine. Ils comptent s'arrêter à Mexico pour rencontrer les autorités et des représentants de la société civile pour discuter de leur situation et décider de la suite de leur parcours. Le chemin le plus court vers la frontière américaine au Texas comprend une zone dangereuse sur 1.000 km. Le moyen le plus sûr, en direction de la Californie, est un parcours de 2.800 km.