Le convoi s'est dirigé vers Slaviansk, à quelques kilomètres au nord, ville emblématique de la dernière série d'insurrections pro-russes, contrôlée depuis dimanche par des insurgés armés. On ignorait dans l'immédiat la provenance des blindés.

L'agence Interfax-Ukraine a affirmé qu'il s'agissait de blindés participant à "l'opération antiterroriste" lancée par le gouvernement pro-européen de Kiev contre les séparatistes, qui étaient entrés dans la localité et auraient été bloqués puis pris par des manifestants pro-russes. Le ministère ukrainien de la Défense, interrogé par l'AFP, a indiqué "qu'aucun blindé de l'armée n'avait été pris sur le territoire ukrainien".

Les hommes installés sur les blindés portaient des uniformes semblables sans insignes, mais avec des rubans de Saint-Georges orange et noir, ordre honorifique des forces armées russes. Ils étaient équipés d'armes de guerre et nombre d'entre eux portaient des cagoules noires.

Le convoi s'est dirigé vers Slaviansk, à quelques kilomètres au nord, ville emblématique de la dernière série d'insurrections pro-russes, contrôlée depuis dimanche par des insurgés armés. On ignorait dans l'immédiat la provenance des blindés. L'agence Interfax-Ukraine a affirmé qu'il s'agissait de blindés participant à "l'opération antiterroriste" lancée par le gouvernement pro-européen de Kiev contre les séparatistes, qui étaient entrés dans la localité et auraient été bloqués puis pris par des manifestants pro-russes. Le ministère ukrainien de la Défense, interrogé par l'AFP, a indiqué "qu'aucun blindé de l'armée n'avait été pris sur le territoire ukrainien". Les hommes installés sur les blindés portaient des uniformes semblables sans insignes, mais avec des rubans de Saint-Georges orange et noir, ordre honorifique des forces armées russes. Ils étaient équipés d'armes de guerre et nombre d'entre eux portaient des cagoules noires.