Une tombe intacte a été retrouvée sous l'Eglise Saint-Nicolas, dans le district de Demre, dans la province d'Antalya (Turquie). Demre a été construite sur les ruines de Myre, où saint Nicolas est supposé avoir vécu. Jusqu'à présent, on pensait que les restes du grand Saint étaient à Bari (Italie), emmenés par des marchands italiens. A cette époque, Saint-Nicolas était déjà vénéré par les chrétiens pour sa générosité, notamment envers les enfants. L'Eglise Saint-Nicolas à Demre est d'ailleurs une destination populaire pour les pèlerins. Des fouilles archéologiques s'y déroulent depuis 20 ans.

Cemil Karabayram, directeur des Monuments d'Antalya, a déclaré au journal turc Hurriyet que de récentes études scientifiques et technologiques avaient révélé l'existence d'une tombe intacte sous l'église. "Nous pensons qu'il [le site] n'a subi aucun dégât jusqu'à maintenant. Mais il est difficile d'y pénétrer, car il y a des pierres avec des motifs sur le sol. Elles doivent être retirées", explique-t-il. Il a également déclaré que l'étude d'anciens documents avait révélé que les ossements de Bari avaient appartenu à un autre religieux. Les travaux d'excavation entrent à présent dans leur phase finale.

Une tombe intacte a été retrouvée sous l'Eglise Saint-Nicolas, dans le district de Demre, dans la province d'Antalya (Turquie). Demre a été construite sur les ruines de Myre, où saint Nicolas est supposé avoir vécu. Jusqu'à présent, on pensait que les restes du grand Saint étaient à Bari (Italie), emmenés par des marchands italiens. A cette époque, Saint-Nicolas était déjà vénéré par les chrétiens pour sa générosité, notamment envers les enfants. L'Eglise Saint-Nicolas à Demre est d'ailleurs une destination populaire pour les pèlerins. Des fouilles archéologiques s'y déroulent depuis 20 ans. Cemil Karabayram, directeur des Monuments d'Antalya, a déclaré au journal turc Hurriyet que de récentes études scientifiques et technologiques avaient révélé l'existence d'une tombe intacte sous l'église. "Nous pensons qu'il [le site] n'a subi aucun dégât jusqu'à maintenant. Mais il est difficile d'y pénétrer, car il y a des pierres avec des motifs sur le sol. Elles doivent être retirées", explique-t-il. Il a également déclaré que l'étude d'anciens documents avait révélé que les ossements de Bari avaient appartenu à un autre religieux. Les travaux d'excavation entrent à présent dans leur phase finale.