La Syrie est en guerre depuis plus de cinq ans, et l'horizon ne laisse pas entrevoir d'accalmie. La population subit les frappes tant du régime de Bachar al-Assad que de rebelles. A Damas, place forte du chef de l'Etat syrien, les attentats sont réguliers.

Jeudi, la photo d'un enfant blessé lors d'un raid aérien à Alep a fait le tour des réseaux sociaux, illustrant une nouvelle fois les affres du conflit qui a fait plus de 290.000 morts. Le garçon de cinq ans, assis dans une ambulance, a le visage couvert de poussière et la tête ensanglantée, l'air abasourdi.

Outre Damas, Tripoli en Libye et Lagos au Nigeria complètent le podium des villes les moins vivables selon l'Economist Intelligence Unit.

A l'autre bout du classement, Melbourne en Australie est la ville la plus agréable au monde pour la sixième année consécutive. Suivent Vienne et Vancouver.

La Syrie est en guerre depuis plus de cinq ans, et l'horizon ne laisse pas entrevoir d'accalmie. La population subit les frappes tant du régime de Bachar al-Assad que de rebelles. A Damas, place forte du chef de l'Etat syrien, les attentats sont réguliers. Jeudi, la photo d'un enfant blessé lors d'un raid aérien à Alep a fait le tour des réseaux sociaux, illustrant une nouvelle fois les affres du conflit qui a fait plus de 290.000 morts. Le garçon de cinq ans, assis dans une ambulance, a le visage couvert de poussière et la tête ensanglantée, l'air abasourdi. Outre Damas, Tripoli en Libye et Lagos au Nigeria complètent le podium des villes les moins vivables selon l'Economist Intelligence Unit. A l'autre bout du classement, Melbourne en Australie est la ville la plus agréable au monde pour la sixième année consécutive. Suivent Vienne et Vancouver.