Selon le Comité central des médecins soudanais, proche du mouvement de contestation, deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans la dispersion. "Une tentative du Conseil militaire de disperser le sit-in par la force est en cours", a déclaré l'Association des professionnels soudanais (SPA), acteur majeur de la contestation, dans un communiqué.

Les protestataires exigent que le Conseil militaire cède le pouvoir aux civils pour assurer une "transition démocratique" après le renversement par l'armée du président Omar el-Béchir le 11 avril, à la faveur d'un soulèvement populaire inédit.

"J'entends des bruits de coups de feu et je vois de la fumée s'échapper de la zone de sit-in", a indiqué à l'AFP un témoin habitant à proximité. Un autre résident a déclaré à l'AFP que des forces en uniforme de police tentent d'expulser les manifestants d'une rue près du sit-in.

La SPA a condamné un "massacre sanglant" appelant les Soudanais à "la désobéissance civile totale pour renverser le Conseil militaire perfide et meurtrier".

Elle a également appelé les "révolutionnaires" à se rendre dans les rues pour poursuivre leurs marches de protestation.

Selon le Comité central des médecins soudanais, proche du mouvement de contestation, deux personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées dans la dispersion. "Une tentative du Conseil militaire de disperser le sit-in par la force est en cours", a déclaré l'Association des professionnels soudanais (SPA), acteur majeur de la contestation, dans un communiqué.Les protestataires exigent que le Conseil militaire cède le pouvoir aux civils pour assurer une "transition démocratique" après le renversement par l'armée du président Omar el-Béchir le 11 avril, à la faveur d'un soulèvement populaire inédit. "J'entends des bruits de coups de feu et je vois de la fumée s'échapper de la zone de sit-in", a indiqué à l'AFP un témoin habitant à proximité. Un autre résident a déclaré à l'AFP que des forces en uniforme de police tentent d'expulser les manifestants d'une rue près du sit-in. La SPA a condamné un "massacre sanglant" appelant les Soudanais à "la désobéissance civile totale pour renverser le Conseil militaire perfide et meurtrier".Elle a également appelé les "révolutionnaires" à se rendre dans les rues pour poursuivre leurs marches de protestation.