Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) "confirme qu'il y a eu des messages Acars (Aircraft Communication Addressing and Reporting System) émis par l'avion indiquant qu'il y eu de la fumée en cabine peu avant la rupture des transmissions de données", a déclaré un porte-parole à l'AFP.

"Il est beaucoup trop pour interpréter et comprendre les causes de l'accident tant que nous n'avons retrouvé ni l'épave, ni les enregistreurs. La priorité de l'enquête est de retrouver épave et enregistreurs de vols", a-t-il ajouté.

Des médias américains avaient les premiers évoqué la détection de fumées d'origine indéterminée dans la partie avant de l'appareil peu avant le crash.

Les messages Acars sont des données générées et transmises automatiquement par l'appareil durant le vol.

L'A320 d'EgyptAir reliait Paris au Caire avec 66 personnes à bord, dont 30 Egyptiens et 15 Français. Il s'est abîmé jeudi en Méditerranée après avoir disparu des écrans radar.

Les premiers débris de l'appareil ont été découverts à 290 kilomètres au nord d'Alexandrie par les avions et navires déployés par l'armée égyptienne.

La confirmation de la détection de fumées à bord avant le crash est intervenue samedi alors que le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault réunissait à Paris les familles des victimes.

Le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA) "confirme qu'il y a eu des messages Acars (Aircraft Communication Addressing and Reporting System) émis par l'avion indiquant qu'il y eu de la fumée en cabine peu avant la rupture des transmissions de données", a déclaré un porte-parole à l'AFP."Il est beaucoup trop pour interpréter et comprendre les causes de l'accident tant que nous n'avons retrouvé ni l'épave, ni les enregistreurs. La priorité de l'enquête est de retrouver épave et enregistreurs de vols", a-t-il ajouté.Des médias américains avaient les premiers évoqué la détection de fumées d'origine indéterminée dans la partie avant de l'appareil peu avant le crash.Les messages Acars sont des données générées et transmises automatiquement par l'appareil durant le vol.L'A320 d'EgyptAir reliait Paris au Caire avec 66 personnes à bord, dont 30 Egyptiens et 15 Français. Il s'est abîmé jeudi en Méditerranée après avoir disparu des écrans radar.Les premiers débris de l'appareil ont été découverts à 290 kilomètres au nord d'Alexandrie par les avions et navires déployés par l'armée égyptienne.La confirmation de la détection de fumées à bord avant le crash est intervenue samedi alors que le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault réunissait à Paris les familles des victimes.