"De toute évidence, il est impossible que des passagers" du vol PS-752 Téhéran-Kiev "soient en vie", a déclaré à l'agence semi-officielle Isna le chef du Croissant-Rouge iranien, précisant que 170 personnes (passagers et membres d'équipage) étaient montées dans l'appareil avant son départ.

Selon l'agence Isna, citée par Reuters, le crash à l'aéroport Imam Khomeini est dû à des problèmes techniques de l'appareil du modèle 737 du constructeur américain Boeing. Dix ambulances ont été envoyées vers le lieu de l'accident, ajoute l'agence, sans avancer de bilan.

L'accident survient après une escalade des tensions entre les USA et l'Iran dans la nuit de mardi à mercredi. Téhéran a mené des frappes de représailles contre des bases abritant des militaires américains en Irak, cinq jours après après l'élimination du général iranien Qassem Soleimani par les Etats-Unis. L'agence fédérale de l'avion civile américaine (FAA) avait annoncé par conséquent interdire le survol de l'Irak, de l'Iran et du Golfe par des avions civils américains.

Par ailleurs le constructeur américain Boeing est confronté à de graves difficultés avec son modèle d'appareil 737 MAX, cloué au sol depuis près de 10 mois après deux accidents ayant fait 346 morts.

"De toute évidence, il est impossible que des passagers" du vol PS-752 Téhéran-Kiev "soient en vie", a déclaré à l'agence semi-officielle Isna le chef du Croissant-Rouge iranien, précisant que 170 personnes (passagers et membres d'équipage) étaient montées dans l'appareil avant son départ. Selon l'agence Isna, citée par Reuters, le crash à l'aéroport Imam Khomeini est dû à des problèmes techniques de l'appareil du modèle 737 du constructeur américain Boeing. Dix ambulances ont été envoyées vers le lieu de l'accident, ajoute l'agence, sans avancer de bilan. L'accident survient après une escalade des tensions entre les USA et l'Iran dans la nuit de mardi à mercredi. Téhéran a mené des frappes de représailles contre des bases abritant des militaires américains en Irak, cinq jours après après l'élimination du général iranien Qassem Soleimani par les Etats-Unis. L'agence fédérale de l'avion civile américaine (FAA) avait annoncé par conséquent interdire le survol de l'Irak, de l'Iran et du Golfe par des avions civils américains. Par ailleurs le constructeur américain Boeing est confronté à de graves difficultés avec son modèle d'appareil 737 MAX, cloué au sol depuis près de 10 mois après deux accidents ayant fait 346 morts.