Le gouvernement japonais a décidé de prolonger l'état d'urgence à Tokyo jusqu'au 31 août. Les mesures en ville ne sont toutefois pas strictes. Les restaurants et les bars, par exemple, restent ouverts, mais ils doivent fermer plus tôt et ne sont pas autorisés à servir de l'alcool.

Alors que d'aucuns craignent que ces mesures ne soient pas suffisantes pour éviter une surcharge du système de soins de santé, le gouvernement a répondu qu'il envisageait des mesures plus strictes, comme un couvre-feu.

Mardi, le gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike, a de nouveau appelé les citoyens à ne pas partir en vacances, décrivant le variant Delta du coronavirus comme un "ennemi extrêmement puissant".

Pour certains, les Jeux olympiques ont conduit la population - surtout les jeunes - à ne plus prendre le coronavirus au sérieux. Les gens se rassemblent en grands groupes pour apercevoir les stades, tandis que d'autres prennent des photos des bus transportant les athlètes ou les journalistes.

Le gouvernement japonais a décidé de prolonger l'état d'urgence à Tokyo jusqu'au 31 août. Les mesures en ville ne sont toutefois pas strictes. Les restaurants et les bars, par exemple, restent ouverts, mais ils doivent fermer plus tôt et ne sont pas autorisés à servir de l'alcool. Alors que d'aucuns craignent que ces mesures ne soient pas suffisantes pour éviter une surcharge du système de soins de santé, le gouvernement a répondu qu'il envisageait des mesures plus strictes, comme un couvre-feu. Mardi, le gouverneur de Tokyo, Yuriko Koike, a de nouveau appelé les citoyens à ne pas partir en vacances, décrivant le variant Delta du coronavirus comme un "ennemi extrêmement puissant". Pour certains, les Jeux olympiques ont conduit la population - surtout les jeunes - à ne plus prendre le coronavirus au sérieux. Les gens se rassemblent en grands groupes pour apercevoir les stades, tandis que d'autres prennent des photos des bus transportant les athlètes ou les journalistes.