Après la mise en quarantaine de facto de Wuhan et de la province du Hubei (centre), épicentre du nouveau coronavirus, un nombre grandissant de villes de l'est de la Chine --dont la métropole économique de Hangzhou-- imposent des restrictions de déplacement à leurs habitants.

Des mesures draconiennes saluées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS): "Il existe une fenêtre de tir grâce aux mesures fortes prises par la Chine (...). Ne laissons pas passer cette fenêtre", a insisté mardi soir son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Au moins 490 personnes atteintes du nouveau coronavirus 2019-nCoV sont mortes en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), la plupart à Wuhan et dans sa province du Hubei, selon un bilan officiel mercredi. Plus de 24.000 cas de contamination ont été confirmés dans le pays.

Par contraste, près de 200 cas de contamination ont été identifiés en dehors de Chine dans une vingtaine de pays, Hong Kong --territoire chinois semi-autonome-- faisant par ailleurs état mardi de son premier décès.

"Cela ne signifie pas que la situation ne va pas empirer", a prévenu le chef de l'OMS, accusant certains pays riches d'être "très en retard" pour le partage d'informations sur l'épidémie et réclamant une plus grande solidarité internationale.

Ce que l'on sait des victimes

La première victime du nouveau coronavirus était bien représentative des personnes décédées depuis le début de cette pneumonie virale: c'était un homme, âgé de plus de 60 ans, et en mauvaise santé. 80% des victimes étaient âgées de 60 ans ou plus et 75% souffraient déjà de problèmes de santé, avait affirmé mardi la Commission nationale de la santé (CNS), se fondant sur les bilans précédents. Le taux de mortalité s'élève à 2,1%, a souligné la Commission, soit un taux bien plus faible que celui du Sras (9,6%) qui avait causé la mort de 800 personnes à travers la planète en 2002-2003, dont 349 en Chine continentale et près de 300 à Hong Kong.

reuters
© reuters

Plus de 97% des victimes du nouveau virus sont originaires du Hubei (centre), où un marché vendant des animaux vivants dans la capitale provinciale, Wuhan, serait l'épicentre de l'épidémie. Le taux de mortalité des personnes contaminées en dehors du Hubei n'est que de 0,16%, selon les autorités.

Deux personnes atteintes de ce virus sont décédées hors de Chine. Un homme de 39 ans est mort à Hong Kong après s'être rendu à Wuhan et un touriste chinois originaire de la même ville est décédé aux Philippines. La Commission a par ailleurs annoncé mercredi 892 cas de guérison à travers le pays. Parmi tous les cas de contamination confirmés, la plus jeune personne est un nourrisson d'un mois, alors que la plus âgée avait 90 ans.

Voici ce que l'on sait des personnes décédées:

  • La plupart des victimes ont plus de 60 ans: Selon les données communiquées par les autorités sanitaires, les personnes décédées avaient entre 36 et 89 ans. Au moins cinq avaient moins de 60 ans. La plus jeune, un homme de 36 ans de Wuhan, avait été hospitalisé le 9 janvier avant de mourir d'une insuffisance cardiaque deux semaines plus tard, ont indiqué les autorités sanitaires du Hubei. Elles n'ont pas précisé s'il souffrait auparavant de problèmes de santé.
  • Beaucoup souffraient déjà de problèmes de santé: Un grand nombre de personnes décédées souffraient déjà de problèmes de santé, notamment de diabète et d'hypertension, avant de contracter le coronavirus.
  • Il n'avaient pas tous de la fièvre : En Chine, la température est désormais contrôlée dans les aéroports, les gares routières ou ferroviaires. Cependant, les morts du coronavirus n'avaient pas tous de la fièvre avant leur hospitalisation, selon la CNS. Un homme de 66 ans, du nom de Luo, se plaignait simplement d'une "toux sèche" le 22 décembre, avant de signaler des difficultés respiratoires une semaine plus tard. A la mi-janvier, il a dû être placé sous assistance respiratoire. "Une préoccupation majeure est le large éventail de gravité des symptômes que ce virus génère", explique Jeremy Farrar, directeur de la fondation britannique Wellcome Trust. "Il est clair que certaines personnes sont atteintes et contagieuses alors qu'elles ne présentent que des symptômes très légers, voire aucun symptôme", souligne-t-il.

- Avenues désertes à Hangzhou -

La Chine, elle, continue de muscler ses mesures: plusieurs agglomérations de la province du Zhejiang (est), à plusieurs centaines de kilomètres de Wuhan, ont mis en oeuvre depuis mardi de nouvelles restrictions aux déplacements.

A Hangzhou (plus de 200 cas rapportés), une métropole économique et touristique à environ 150 kilomètres de Shanghai, des barrières de couleur verte bloquaient mercredi les avenues menant au siège du géant chinois du commerce en ligne Alibaba.

Les rues étaient désertes tandis qu'un avion militaire tournoyait dans le ciel. Des haut-parleurs hurlaient: "S'il vous plaît, ne sortez pas, ne sortez pas!", avant d'appeler à dénoncer les personnes originaires du Hubei.

Le siège d'Alibaba se situe dans l'un des trois arrondissements de la ville où une seule personne par foyer est dorénavant autorisée à sortir tous les deux jours -- 3 millions d'habitants sont concernés.

Au moins trois autres grandes villes du Zhejiang -- Taizhou, Wenzhou et Ningbo -- ont imposé ce type de restrictions à quelque 18 millions de personnes.

Des mesures de confinement s'étendaient mercredi à des villes d'autres provinces, jusqu'aux lointaines régions industrielles du nord-est.

Dans le Henan, province limitrophe du Hubei, la municipalité de Zhumadian a ordonné qu'une seule personne par foyer soit autorisée à quitter son domicile... une fois tous les cinq jours, tout en promettant des primes en cas de dénonciation de personnes venues du Hubei.

Pour la première fois, le gouvernement chinois a admis en début de semaine "des défaillances" dans sa réaction à la crise sanitaire, réclamant une amélioration des dispositifs d'urgence.

Face à un système de santé débordé, Wuhan a accueilli mardi ses premiers malades dans un nouvel hôpital construit en dix jours et qui compte 1.000 lits. Un second de ce type devrait ouvrir dans les prochains jours.

Ailleurs dans la ville, un centre culturel, un centre d'exposition et un gymnase ont été convertis en cliniques improvisées totalisant quelque 3.400 lits.

Et, signe que les besoins restent immenses, huit autres bâtiments devraient être également transformés pour accueillir des malades, indiquait mercredi la presse d'Etat.

- Pas de "pandémie" -

L'OMS, qui avait déclaré la semaine dernière une "urgence de santé publique internationale", a cependant estimé mardi qu'il n'y avait pas pour l'heure de "pandémie" (situation de propagation mondiale d'une maladie).

En Chine continentale, le bilan dépasse largement le nombre de morts enregistré lors de l'épidémie du Sras (349 décès) en 2002-2003.

Mais les autorités sanitaires ont noté que le taux de mortalité du nouveau coronavirus était de 2,1%, les victimes étant soit très âgées ou atteintes de complications médicales préexistantes. A l'inverse, le Sras tuait presque 10% des patients.

., Getty
. © Getty

Avec pour l'instant un seul décès, Hong Kong reste loin du lourd bilan enregistré lors du Sras (299 morts) sur son territoire. Pour autant, les autorités hongkongaises ont fermé la quasi-totalité des postes frontières avec le reste de la Chine.

Et les compagnies aériennes américaines United et American Airlines ont annoncé mercredi suspendre leurs vols vers Hong Kong, après avoir cessé leur desserte de la Chine continentale.

De leur côté, les autorités japonaises ont bloqué plus de 3.700 personnes voyageant sur un bateau de croisière, où au moins dix personnes ont été contaminées par le virus.

Hors de Chine, la pneumonie a provoqué un seul décès jusqu'à présent, rendu public dimanche: un Chinois arrivé aux Philippines en provenance de Wuhan.

Pour autant, Singapour, la Malaisie et la Thaïlande ont fait état de nouvelles contaminations sur leur sol, et un premier malade a été signalé à Bruxelles parmi quelque 250 personnes rapatriées dimanche de Wuhan.

Paralysée par les restrictions et quasi-coupée du monde, l'économie chinoise pourrait être durablement plombée. Les congés du nouvel an lunaire ont été étendus jusqu'en fin de semaine dans de nombreuses provinces et la plupart des entreprises et usines resteront fermées jusqu'au 9 février au moins.

Les Etats-Unis ont reconnu qu'il serait difficile pour Pékin de garantir ses achats de produits américains prévu par la récente trêve commerciale entre les deux puissances.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a, elle, engagé mardi à Vienne des discussions avec la Russie sur de nouvelles baisses de production pour enrayer l'effondrement des cours du brut face à la forte baisse attendue de la demande mondiale.

Après la mise en quarantaine de facto de Wuhan et de la province du Hubei (centre), épicentre du nouveau coronavirus, un nombre grandissant de villes de l'est de la Chine --dont la métropole économique de Hangzhou-- imposent des restrictions de déplacement à leurs habitants.Des mesures draconiennes saluées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS): "Il existe une fenêtre de tir grâce aux mesures fortes prises par la Chine (...). Ne laissons pas passer cette fenêtre", a insisté mardi soir son directeur général, Tedros Adhanom Ghebreyesus.Au moins 490 personnes atteintes du nouveau coronavirus 2019-nCoV sont mortes en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), la plupart à Wuhan et dans sa province du Hubei, selon un bilan officiel mercredi. Plus de 24.000 cas de contamination ont été confirmés dans le pays.Par contraste, près de 200 cas de contamination ont été identifiés en dehors de Chine dans une vingtaine de pays, Hong Kong --territoire chinois semi-autonome-- faisant par ailleurs état mardi de son premier décès."Cela ne signifie pas que la situation ne va pas empirer", a prévenu le chef de l'OMS, accusant certains pays riches d'être "très en retard" pour le partage d'informations sur l'épidémie et réclamant une plus grande solidarité internationale.La première victime du nouveau coronavirus était bien représentative des personnes décédées depuis le début de cette pneumonie virale: c'était un homme, âgé de plus de 60 ans, et en mauvaise santé. 80% des victimes étaient âgées de 60 ans ou plus et 75% souffraient déjà de problèmes de santé, avait affirmé mardi la Commission nationale de la santé (CNS), se fondant sur les bilans précédents. Le taux de mortalité s'élève à 2,1%, a souligné la Commission, soit un taux bien plus faible que celui du Sras (9,6%) qui avait causé la mort de 800 personnes à travers la planète en 2002-2003, dont 349 en Chine continentale et près de 300 à Hong Kong. Plus de 97% des victimes du nouveau virus sont originaires du Hubei (centre), où un marché vendant des animaux vivants dans la capitale provinciale, Wuhan, serait l'épicentre de l'épidémie. Le taux de mortalité des personnes contaminées en dehors du Hubei n'est que de 0,16%, selon les autorités.Deux personnes atteintes de ce virus sont décédées hors de Chine. Un homme de 39 ans est mort à Hong Kong après s'être rendu à Wuhan et un touriste chinois originaire de la même ville est décédé aux Philippines. La Commission a par ailleurs annoncé mercredi 892 cas de guérison à travers le pays. Parmi tous les cas de contamination confirmés, la plus jeune personne est un nourrisson d'un mois, alors que la plus âgée avait 90 ans.La Chine, elle, continue de muscler ses mesures: plusieurs agglomérations de la province du Zhejiang (est), à plusieurs centaines de kilomètres de Wuhan, ont mis en oeuvre depuis mardi de nouvelles restrictions aux déplacements.A Hangzhou (plus de 200 cas rapportés), une métropole économique et touristique à environ 150 kilomètres de Shanghai, des barrières de couleur verte bloquaient mercredi les avenues menant au siège du géant chinois du commerce en ligne Alibaba.Les rues étaient désertes tandis qu'un avion militaire tournoyait dans le ciel. Des haut-parleurs hurlaient: "S'il vous plaît, ne sortez pas, ne sortez pas!", avant d'appeler à dénoncer les personnes originaires du Hubei.Le siège d'Alibaba se situe dans l'un des trois arrondissements de la ville où une seule personne par foyer est dorénavant autorisée à sortir tous les deux jours -- 3 millions d'habitants sont concernés.Au moins trois autres grandes villes du Zhejiang -- Taizhou, Wenzhou et Ningbo -- ont imposé ce type de restrictions à quelque 18 millions de personnes.Des mesures de confinement s'étendaient mercredi à des villes d'autres provinces, jusqu'aux lointaines régions industrielles du nord-est.Dans le Henan, province limitrophe du Hubei, la municipalité de Zhumadian a ordonné qu'une seule personne par foyer soit autorisée à quitter son domicile... une fois tous les cinq jours, tout en promettant des primes en cas de dénonciation de personnes venues du Hubei.Pour la première fois, le gouvernement chinois a admis en début de semaine "des défaillances" dans sa réaction à la crise sanitaire, réclamant une amélioration des dispositifs d'urgence. Face à un système de santé débordé, Wuhan a accueilli mardi ses premiers malades dans un nouvel hôpital construit en dix jours et qui compte 1.000 lits. Un second de ce type devrait ouvrir dans les prochains jours.Ailleurs dans la ville, un centre culturel, un centre d'exposition et un gymnase ont été convertis en cliniques improvisées totalisant quelque 3.400 lits.Et, signe que les besoins restent immenses, huit autres bâtiments devraient être également transformés pour accueillir des malades, indiquait mercredi la presse d'Etat.L'OMS, qui avait déclaré la semaine dernière une "urgence de santé publique internationale", a cependant estimé mardi qu'il n'y avait pas pour l'heure de "pandémie" (situation de propagation mondiale d'une maladie). En Chine continentale, le bilan dépasse largement le nombre de morts enregistré lors de l'épidémie du Sras (349 décès) en 2002-2003.Mais les autorités sanitaires ont noté que le taux de mortalité du nouveau coronavirus était de 2,1%, les victimes étant soit très âgées ou atteintes de complications médicales préexistantes. A l'inverse, le Sras tuait presque 10% des patients.Avec pour l'instant un seul décès, Hong Kong reste loin du lourd bilan enregistré lors du Sras (299 morts) sur son territoire. Pour autant, les autorités hongkongaises ont fermé la quasi-totalité des postes frontières avec le reste de la Chine. Et les compagnies aériennes américaines United et American Airlines ont annoncé mercredi suspendre leurs vols vers Hong Kong, après avoir cessé leur desserte de la Chine continentale.De leur côté, les autorités japonaises ont bloqué plus de 3.700 personnes voyageant sur un bateau de croisière, où au moins dix personnes ont été contaminées par le virus.Hors de Chine, la pneumonie a provoqué un seul décès jusqu'à présent, rendu public dimanche: un Chinois arrivé aux Philippines en provenance de Wuhan. Pour autant, Singapour, la Malaisie et la Thaïlande ont fait état de nouvelles contaminations sur leur sol, et un premier malade a été signalé à Bruxelles parmi quelque 250 personnes rapatriées dimanche de Wuhan.Paralysée par les restrictions et quasi-coupée du monde, l'économie chinoise pourrait être durablement plombée. Les congés du nouvel an lunaire ont été étendus jusqu'en fin de semaine dans de nombreuses provinces et la plupart des entreprises et usines resteront fermées jusqu'au 9 février au moins.Les Etats-Unis ont reconnu qu'il serait difficile pour Pékin de garantir ses achats de produits américains prévu par la récente trêve commerciale entre les deux puissances.L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a, elle, engagé mardi à Vienne des discussions avec la Russie sur de nouvelles baisses de production pour enrayer l'effondrement des cours du brut face à la forte baisse attendue de la demande mondiale.