"C'est un marathon, pas un sprint. Vous avez probablement déjà entendu ça, mais ce n'est pas faux. Donc, les attentes des gens à propos de la pandémie, de sa durée, des effets qu'elle continuera d'avoir sur leurs vies dans un futur proche, tout cela doit être géré", a prévenu Andrea Ammon, à la tête du Centre, lors d'une intervention devant la commission Environnement et Santé publique. "Cela ne va pas s'arrêter de si tôt et les gens doivent se préparer mentalement à cela", a-t-elle encore averti.

Impliquer et motiver

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, petite agence de l'UE basée en Suède, est soudainement passé sous le feu des projecteurs avec la pandémie de nouveau coronavirus. Mme Ammon a également défendu un deuxième message auprès des populations: "Nous ne devons pas baisser la garde. Pendant la période de déconfinement, il faut continuer d'impliquer la communauté et la motiver, afin que des normes sanitaires élevées soient maintenues", que ce soit pour le lavage des mains, la distanciation sociale ou le port du masque, a-t-elle souligné.

Selon les chiffres du Centre, l'Europe a enregistré plus de 1,360 million de cas de Covid-19 à la date du 3 mai, et décompté près de 140.000 morts. "Il semble que la vague initiale de transmission a passé son pic, avec une baisse (des nouveaux cas) dans la plupart des pays de l'UE" et ceux qui y sont associés, a noté Mme Ammon. Seule la Bulgarie continue de voir les cas augmenter de jour en jour (sur les 14 derniers jours), a-t-elle précisé, et quatre pays "n'ont pas vu de changement substantiel": la Pologne, la Roumanie, la Suède et le Royaume-Uni.

"C'est un marathon, pas un sprint. Vous avez probablement déjà entendu ça, mais ce n'est pas faux. Donc, les attentes des gens à propos de la pandémie, de sa durée, des effets qu'elle continuera d'avoir sur leurs vies dans un futur proche, tout cela doit être géré", a prévenu Andrea Ammon, à la tête du Centre, lors d'une intervention devant la commission Environnement et Santé publique. "Cela ne va pas s'arrêter de si tôt et les gens doivent se préparer mentalement à cela", a-t-elle encore averti.Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, petite agence de l'UE basée en Suède, est soudainement passé sous le feu des projecteurs avec la pandémie de nouveau coronavirus. Mme Ammon a également défendu un deuxième message auprès des populations: "Nous ne devons pas baisser la garde. Pendant la période de déconfinement, il faut continuer d'impliquer la communauté et la motiver, afin que des normes sanitaires élevées soient maintenues", que ce soit pour le lavage des mains, la distanciation sociale ou le port du masque, a-t-elle souligné.Selon les chiffres du Centre, l'Europe a enregistré plus de 1,360 million de cas de Covid-19 à la date du 3 mai, et décompté près de 140.000 morts. "Il semble que la vague initiale de transmission a passé son pic, avec une baisse (des nouveaux cas) dans la plupart des pays de l'UE" et ceux qui y sont associés, a noté Mme Ammon. Seule la Bulgarie continue de voir les cas augmenter de jour en jour (sur les 14 derniers jours), a-t-elle précisé, et quatre pays "n'ont pas vu de changement substantiel": la Pologne, la Roumanie, la Suède et le Royaume-Uni.