Quelque 1.500 policiers vont ainsi être déployés dans les rues de la ville rhénane, contre 140 lors de la dernière Saint-Sylvestre, lorsque des centaines de femmes avaient été agressées par, selon la police, plusieurs dizaines de migrants, a indiqué lors d'une conférence de presse le chef de la police de Cologne, Jürgen Mathies.

L'affaire, survenue à la fin d'une année qui avait vu l'Allemagne accueillir près de 900.000 demandeurs d'asile, avait profondément choqué le pays et nourri les critiques envers la politique migratoire généreuse de la chancelière Angela Merkel.

L'an passé, les forces de l'ordre "n'étaient pas là lorsque les gens ont eu besoin d'elles (...) Cela ne doit jamais se reproduire", a déclaré M. Mathies.

La vidéosurveillance va aussi être renforcée, avec des centaines de caméras supplémentaires et des agents de police équipés de caméras portables, a-t-il ajouté.

Les forces de l'ordre porteront une attention particulière au secteur compris entre la place de la cathédrale et la gare de Cologne, où l'essentiel des agressions avaient été perpétrées.

L'accès y sera strictement contrôlé et les pétards et autres feux d'artifice, très prisés des Allemands lors des fêtes de fin d'année, y seront interdits, a indiqué la maire de Cologne, Henriette Reker.

Au total, les autorités ont reçu 1.200 plaintes, dont plus de 500 pour des faits à caractère sexuel, après les agressions de la Saint-Sylvestre l'an passé.

La plupart des auteurs n'ont jamais été identifiés. Parmi les quelques suspects identifiés, la plupart étaient originaires d'Algérie et du Maroc.

D'autres agressions similaires ont également été perpétrées dans d'autres villes allemandes, mais dans des proportions moins importantes qu'à Cologne.

Quelque 1.500 policiers vont ainsi être déployés dans les rues de la ville rhénane, contre 140 lors de la dernière Saint-Sylvestre, lorsque des centaines de femmes avaient été agressées par, selon la police, plusieurs dizaines de migrants, a indiqué lors d'une conférence de presse le chef de la police de Cologne, Jürgen Mathies. L'affaire, survenue à la fin d'une année qui avait vu l'Allemagne accueillir près de 900.000 demandeurs d'asile, avait profondément choqué le pays et nourri les critiques envers la politique migratoire généreuse de la chancelière Angela Merkel. L'an passé, les forces de l'ordre "n'étaient pas là lorsque les gens ont eu besoin d'elles (...) Cela ne doit jamais se reproduire", a déclaré M. Mathies. La vidéosurveillance va aussi être renforcée, avec des centaines de caméras supplémentaires et des agents de police équipés de caméras portables, a-t-il ajouté. Les forces de l'ordre porteront une attention particulière au secteur compris entre la place de la cathédrale et la gare de Cologne, où l'essentiel des agressions avaient été perpétrées. L'accès y sera strictement contrôlé et les pétards et autres feux d'artifice, très prisés des Allemands lors des fêtes de fin d'année, y seront interdits, a indiqué la maire de Cologne, Henriette Reker. Au total, les autorités ont reçu 1.200 plaintes, dont plus de 500 pour des faits à caractère sexuel, après les agressions de la Saint-Sylvestre l'an passé. La plupart des auteurs n'ont jamais été identifiés. Parmi les quelques suspects identifiés, la plupart étaient originaires d'Algérie et du Maroc. D'autres agressions similaires ont également été perpétrées dans d'autres villes allemandes, mais dans des proportions moins importantes qu'à Cologne.