"Je pense qu'un projet concret pourrait être mis sur la table début février", a prédit ce diplomate sous couvert de l'anonymat. Ces propositions devraient permettre de s'entendre sur un paquet de mesures lors du prochain sommet de l'Union européenne les 18 et 19 février à Bruxelles, dans la perspective du référendum prévu au Royaume-Uni d'ici fin 2017 sur une éventuelle sortie du pays de l'UE, le "Brexit".

Actuellement des "discussions intenses" ont lieu entre de hauts représentants de la Grande-Bretagne, de la Commission européenne et des gouvernements européens, a poursuivi le diplomate européen.

Parmi les réformes exigées par le Premier ministre britannique David Cameron pour qu'il fasse campagne en faveur du maintien de son pays dans l'UE, la plus problématique vise à priver les citoyens européens d'allocations sociales pendant leurs quatre premières années de séjour au Royaume-Uni.

Le 7 janvier dernier, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, dont le pays vient de prendre la présidence tournante de l'UE, s'est dit "relativement optimiste" quant aux chances de trouver un accord avec son homologue britannique avant le référendum probablement organisé dès cette année.

"Il est très important d'arriver à une conclusion heureuse, je pense que nous pouvons y arriver. Nous sommes relativement optimistes, mais beaucoup de travail reste à faire", a expliqué M. Rutte.

"Je pense qu'un projet concret pourrait être mis sur la table début février", a prédit ce diplomate sous couvert de l'anonymat. Ces propositions devraient permettre de s'entendre sur un paquet de mesures lors du prochain sommet de l'Union européenne les 18 et 19 février à Bruxelles, dans la perspective du référendum prévu au Royaume-Uni d'ici fin 2017 sur une éventuelle sortie du pays de l'UE, le "Brexit".Actuellement des "discussions intenses" ont lieu entre de hauts représentants de la Grande-Bretagne, de la Commission européenne et des gouvernements européens, a poursuivi le diplomate européen.Parmi les réformes exigées par le Premier ministre britannique David Cameron pour qu'il fasse campagne en faveur du maintien de son pays dans l'UE, la plus problématique vise à priver les citoyens européens d'allocations sociales pendant leurs quatre premières années de séjour au Royaume-Uni.Le 7 janvier dernier, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte, dont le pays vient de prendre la présidence tournante de l'UE, s'est dit "relativement optimiste" quant aux chances de trouver un accord avec son homologue britannique avant le référendum probablement organisé dès cette année."Il est très important d'arriver à une conclusion heureuse, je pense que nous pouvons y arriver. Nous sommes relativement optimistes, mais beaucoup de travail reste à faire", a expliqué M. Rutte.