uprême qui affecte des milliers de détenus, après plus d'un an et demi d'incarcération.

Portant une veste sombre sur un T-shirt, Lula, 74 ans, est sorti à pied, souriant aux côtés de sa nouvelle compagne, la sociologue Rosangela da Silva, embrassant chaleureusement des sympathisants et saluant la foule d'un poing levé.

Des milliers de militants l'ont acclamé, certains en larmes, devant le siège de la Police fédérale de Curitiba, où il purgeait une peine de huit ans et dix mois de prison pour corruption.

Combatif, il a rapidement harangué la foule de sa voix rauque. "Je veux continuer à lutter pour améliorer la vie du peuple brésilien", a-t-il dit, attaquant d'emblée le gouvernement du président d'extrême droite Jair Bolsonaro.

"Le peuple a de plus en plus faim, il est au chômage, le peuple travaille pour Uber ou livre des pizzas", a lancé Lula, qui avait pu, au cours de ses deux mandats (2003-2010) extraire près de 30 millions de Brésiliens de la pauvreté dans une période de forte croissance économique.

Vous avez apporté "la démocratie dont j'avais besoin pour résister aux canailles du côté pourri de l'Etat brésilien, de la justice brésilienne, qui a tout fait pour criminaliser la gauche", a poursuivi Lula, dont le discours a été interrompu à plusieurs reprises par des "Lula je t'aime !".

Emue, sa campagne a posé plusieurs fois sa tête sur son épaule tandis qu'il parlait. Quand la foule a crié "un bisou, un bisou !", il s'est rapidement exécuté, embrassant sur la bouche celle qu'il souhaite rapidement épouser.

"Tout le monde a hâte, ça fait 580 jours, on est très heureux, c'est une grande victoire", avait expliqué auparavant à l'AFP Pedro Carrano, un de ses sympathisants.

"Hier, je ne voulais même pas assister au vote (des juges de la Cour suprême), je n'y croyais pas. Mais quand j'ai vu le résultat, j'ai crié, j'ai pleuré et maintenant je suis ici", devant le siège de la Police fédérale, a raconté Lucia Fernandes, 58 ans, arborant une casquette signée par Lula lui-même.

Polarisation

Après ce premier bain de foule à Curitiba, Lula doit aller samedi près de Sao Paulo, au syndicat des métallurgistes de Sao Bernardo do Campo, où il était resté retranché avec ses partisans avant de se rendre aux autorités pour commencer à purger sa peine en avril 2018.

Au-delà de l'ex-président de gauche, d'autres détenus pourraient bénéficier de l'arrêt pris jeudi soir par la Cour suprême : ils sont près de 5.000 à être concernés par cette décision qui sera appliquée au cas par cas et change radicalement l'application des peines au Brésil.

Sur un score serré de six voix contre cinq, les magistrats de la haute cour ont mis fin tard jeudi à une jurisprudence selon laquelle une personne peut être emprisonnée avant l'épuisement de tous ses recours si sa condamnation a été confirmée en appel, comme c'est le cas pour Lula.

De nombreux autres détenus condamnés dans le cadre de l'opération anticorruption "Lavage Express", une enquête tentaculaire qui a fait trembler l'ensemble de la classe politique, pourraient prochainement eux-aussi recouvrer la liberté.

Adulé par une partie des Brésiliens fascinés par cet ex-ouvrier métallurgiste arrivé au sommet de l'Etat, Lula est aussi détesté par une partie de la population pour qui il incarne la corruption de grande ampleur qui mine le Brésil.

"Caravanes" en vue

"La Cour suprême a voté contre le peuple", a déploré Major Olimpo, le leader au Sénat du PSL, la formation du président Jair Bolsonaro animée par une farouche haine du PT, le parti des Travailleurs fondé par Lula en 1980.

Le président Bolsonaro, habituellement très disert sur Twitter, est resté muet sur le sujet, préférant tweeter sur l'action de son gouvernement. En 2018, il avait lâché en pleine campagne qu'il souhaitait voir Lula "pourrir en prison".

Son fils député Eduardo a en revanche déploré sur Twitter qu'"on libère les brigands".

Lula a déjà fait part de son intention de participer à de grandes tournées à travers le Brésil, les fameuses "caravanes" qui lui ont permis d'accroître sa popularité auprès des plus pauvres, pour incarner l'opposition à M. Bolsonaro.

Si la justice l'autorise à quitter son pays, il compte également voyager à l'étranger : le journal O Globo croit même savoir qu'il a été invité à l'investiture du nouveau président péroniste argentin Alberto Fernandez, le 10 décembre.

Des rebondissements judiciaires sont aussi possibles ces prochaines semaines : Lula est mis en cause dans d'autres affaires et la Cour suprême doit rendre de nouveaux arrêts le concernant. Mais il ne risque pas d'être incarcéré de nouveau prochainement.

Le président élu argentin, le péroniste de centre gauche Alberto Fernandez, a salué sa sortie de prison, soulignant son "courage" et son "intégrité" et dénonçant le "processus judiciaire arbitraire auquel il a été soumis".

"Le peuple vénézuélien est heureux et salue la libération du frère Lula", s'est quant à lui exclamé le président du Venezuela Nicolas Maduro.

Cuba s'est aussi félicité de sa libération après "580 jours de détention injuste".

La gauche latino-américaine célèbre la libération de Lula

La gauche latino-américaine célèbre la libération de l'ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, sorti vendredi de la prison où il était détenu depuis plus d'un an et demi.

Le président élu argentin Alberto Fernandez, un péroniste de centre-gauche, a été parmi les premiers à féliciter Lula, louant son "courage" et son "intégrité".

"Nous sommes émus par le courage avec lequel @LulaOficial a affronté cette persécution (seule cette définition convient au processus judiciaire arbitraire auquel il a été soumis)", a écrit M. Fernandez.

"Son intégrité montre non seulement son engagement mais aussi la grandeur de cet homme". "Vive #LulaLivre!" (#LulaLibre! en portugais), a-t-il ajouté.

Alberto Fernandez sera investi président le 10 décembre. Le président d'extrême droite brésilien Jair Bolsonaro, avec lequel il a des relations tendues, a annoncé qu'il ne se rendrait pas à la cérémonie d'investiture.

"Abus du droit"

Cristina Kirchner, ancienne présidente argentine et vice-présidente élue aux côtés de M. Fernandez, a elle aussi célébré la libération de Lula. "Aujourd'hui cesse une des plus grandes aberrations de l'abus du droit en Amérique latine: la privation illégitime de liberté de l'ancien président" Lula, a indiqué Mme Kirchner sur Twitter.

Au Venezuela, le président Nicolas Maduro a célébré la libération de Lula, qui a été un soutien important de son prédécesseur et mentor Hugo Chavez, alors chef de file de la gauche radicale latino-américaine.

"Vive le Brésil! Vive Lula! Vive l'union de notre Amérique!", a lancé M. Maduro lors d'une intervention au cours de laquelle la télévision vénézuélienne d'Etat a retransmis des images de Lula devant le siège de la police fédérale de Curitiba, où il a été incarcéré plus d'un an et demi pour corruption.

"C'est une grande émotion de voir Lula dans la rue. Lula, ce grand leader du Brésil, grand leader d'Amérique latine et des Caraïbes", s'est exclamé M. Maduro.

A Cuba, le président Miguel Diaz-Canel a salué "le lutteur infatigable qui n'a jamais abaissé le drapeau de la dignité".

Pour le chef de l'Etat cubain, la remise en liberté de Lula est "un triomphe des peuples, de la solidarité, de la vérité" et "une défaite de la stratégie impériale et de ses laquais", formule désignant les Etats-Unis et leurs alliés dans la région.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que le peuple cubain célébrait la libération de Lula "après 580 jours d'un emprisonnement injuste".

"Lula est innocent, victime d'une féroce persécution politique", a écrit sur Twitter le ministre cubain es Affaires étrangères, Bruno Rodriguez.

Plusieurs anciens dirigeants latino-américains se sont eux aussi réjoui de la remise en liberté de Lula.

"C'est un jour de fête pour le Brésil", a ainsi déclaré José Mujica, président de l'Uruguay de 2010 à 2015.

"Traîtres"

L'ancien président équatorien Rafael Correa a exprimé son admiration et son affection pour Lula. "Une accolade, cher Lula ! Tu es un exemple et une inspiration pour nous tous. Les jours des traîtres sont comptés. Jusqu'à la victoire, toujours!", a écrit M. Correa sur Twitter.

L'ex-président du Pérou Ollanta Humala (2011-2016), accusé comme Lula de corruption, a envisagé les suites possibles de sa libération. "La mise en liberté de #Lula change sans aucun doute le scénario politique au Brésil et appelle l'attention sur la justice (brésilienne), qui l'a privé de liberté et a utilisé des moyens illégaux pour éviter qu'il soit candidat à la présidence", a déclaré M. Ollanta.

Avant d'être incarcéré, Lula était donné par les sondages comme le favori pour l'élection présidentielle brésilienne, qui a finalement été remportée par Jair Bolsonaro.

Aux Etats-Unis, c'est le sénateur Bernie Sanders, candidat à l'investiture démocrate pour l'élection présidentielle de 2020, qui s'est félicité de l'événement.

"En tant que président, Lula a fait plus que n'importe qui pour réduire la pauvreté au Brésil et pour défendre les travailleurs. Je suis enchanté qu'il ait été libéré de prison, mais pour commencer rien de tout cela n'aurait dû arriver", a déclaré M. Sanders.