Seuls 41% des personnes interrogées approuvaient en août l'action du chef de l'Etat d'extrême droite contre 57,5% en février, dans la foulée de sa prise de fonction le 1er janvier. Le taux de désapprobation a lui bondi de 28,2% à 53,7% au cours de la même période, a indiqué l'institut MDA, qui a réalisé son enquête entre le 22 et le 25 août, en pleine polémique sur les incendies en

sondage montre aussi que la part des personnes interrogées qui juge négativement l'action du gouvernement est passée de 19% en février à 39,5% six mois plus tard.

A l'inverse, le pourcentage de ceux qui la jugent positive à chuté, de 38,95% à 29,4%, sur la même période. Ce sondage a été réalisé à la demande de la Confédération nationale des transports (CNT) auprès de 2.002 personnes avec une marge d'erreur de plus ou moins 2,2 points de pourcentage.