"J'ai levé mon arme et je lui ai tiré dans la tête", a raconté Breivik au sujet de sa première victime sur l'île, un vigile. Jugé pour "actes de terrorisme", il a continué à décrire sa sanglante équipée.

"Certains faisaient les morts, c'est pour cela que je tirais des coups de grâce", a-t-il ajouté.

"J'étais presque terrorisé. J'appréhendais vraiment. Je n'avais vraiment pas envie de le faire", a-t-il affirmé en racontant son arrivée sur l'île déguisé en policier et lourdement armé.

Juste après, il tirait ses premiers coups de feu et abattait le vigile, un policier qui n'était pas en service, et la chef du camp, Monica Bosei.

Avant de se rendre sur Utoeya, il avait tué huit autres personnes dans le centre d'Oslo en y faisant exploser une bombe au pied du bâtiment abritant le gouvernement.

Ce 22 juillet 2011, Breivik a tué au total 77 personnes dans ce qu'il présente comme un acte de "légitime défense" pour protéger son pays contre le multiculturalisme.

Avec Belga