Les tensions entre les deux pays ont regagné en puissance depuis l'attentat qui a eu lieu à Pulwama, en Inde, ce 14 février. L'explosion a fait 40 morts parmi les militaires indiens. L'attaque a été revendiquée par le groupe islamiste "Jaish-e-Mohammed". En réaction à celle-ci, le gouvernement indien a prétendument lancé une attaque aérienne sur un camp d'entrainement du groupe terroriste sur le territoire pakistanais et prétend avoir fait des dégâts dans ses rangs. L'Inde affirme également avoir des preuves qui lient le groupe islamiste au Pakistan et exige des sanctions à son égard. "Tout le monde sait que le groupe islamiste Jaish-e-Mohammed et son leader Masood Azhar sont localisés au Pakistan" explique le ministre indien des Affaires Étrangères. "Ce sont des preuves suffisantes pour permettre au Pakistan d'agir." Néanmoins, le pays dément complètement les accusations et affirme que l'Inde a traversé la Ligne de Contrôle, délimitant la région du Cachemire, s'est fait chasser par les avions pakistanais et n'a provoqué aucun dégât sur de quelconques installations.

Territoire disputé

Le Cachemire est une zone sans cesse disputée depuis la partition de l'Inde en 1947. A la suite de contestations religieuses et politiques, la première guerre au Cachemire éclatera et la région se retrouvera divisée en deux parties, l'une appartenant au Pakistan, l'autre à l'Inde. Deux autres guerres éclateront en 1965 et 1971. Devenues des puissances nucléaires en 1998, les deux pays réclament un contrôle total du territoire concerné. Malgré un cessez-le-feu prometteur en 2003, les relations entre les deux pays ne se sont pas améliorées et des attaques répétées ont continué. La résolution du conflit semble être difficile, car les tensions entre les deux pays sont profondément ancrées dans une histoire tumultueuse.

Les tensions entre les deux pays ont regagné en puissance depuis l'attentat qui a eu lieu à Pulwama, en Inde, ce 14 février. L'explosion a fait 40 morts parmi les militaires indiens. L'attaque a été revendiquée par le groupe islamiste "Jaish-e-Mohammed". En réaction à celle-ci, le gouvernement indien a prétendument lancé une attaque aérienne sur un camp d'entrainement du groupe terroriste sur le territoire pakistanais et prétend avoir fait des dégâts dans ses rangs. L'Inde affirme également avoir des preuves qui lient le groupe islamiste au Pakistan et exige des sanctions à son égard. "Tout le monde sait que le groupe islamiste Jaish-e-Mohammed et son leader Masood Azhar sont localisés au Pakistan" explique le ministre indien des Affaires Étrangères. "Ce sont des preuves suffisantes pour permettre au Pakistan d'agir." Néanmoins, le pays dément complètement les accusations et affirme que l'Inde a traversé la Ligne de Contrôle, délimitant la région du Cachemire, s'est fait chasser par les avions pakistanais et n'a provoqué aucun dégât sur de quelconques installations.Territoire disputéLe Cachemire est une zone sans cesse disputée depuis la partition de l'Inde en 1947. A la suite de contestations religieuses et politiques, la première guerre au Cachemire éclatera et la région se retrouvera divisée en deux parties, l'une appartenant au Pakistan, l'autre à l'Inde. Deux autres guerres éclateront en 1965 et 1971. Devenues des puissances nucléaires en 1998, les deux pays réclament un contrôle total du territoire concerné. Malgré un cessez-le-feu prometteur en 2003, les relations entre les deux pays ne se sont pas améliorées et des attaques répétées ont continué. La résolution du conflit semble être difficile, car les tensions entre les deux pays sont profondément ancrées dans une histoire tumultueuse.