Rompant avec une longue pratique diplomatique, M. Bolsonaro s'est rendu avec M. Netanyahu sur ce site sacré du judaïsme situé dans la vieille ville de Jérusalem.

Kippa sur la tête, il s'est appuyé des deux mains sur les pierres antiques, M. Netanyahu procédant de même immédiatement à sa gauche, et s'est recueilli plusieurs secondes la tête inclinée.

M. Bolsonaro a sacrifié à la tradition d'insérer dans les interstices du Mur un bout de papier censé porter un voeu.

Pendant des décennies, les dirigeants étrangers se sont gardés d'apparaître au côté d'un dirigeant israélien devant le Mur des Lamentations pour ne pas sembler prendre position sur des questions hautement sensibles de souveraineté.

Le statut de Jérusalem est l'une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien.

Le président américain Donald Trump s'était recueilli devant le Mur en mai 2017. Mais il était accompagné par le rabbin du Mur, Shmuel Rabinovitz, et non pas par un dirigeant israélien.

Rompant avec une longue pratique diplomatique, M. Bolsonaro s'est rendu avec M. Netanyahu sur ce site sacré du judaïsme situé dans la vieille ville de Jérusalem.Kippa sur la tête, il s'est appuyé des deux mains sur les pierres antiques, M. Netanyahu procédant de même immédiatement à sa gauche, et s'est recueilli plusieurs secondes la tête inclinée.M. Bolsonaro a sacrifié à la tradition d'insérer dans les interstices du Mur un bout de papier censé porter un voeu.Pendant des décennies, les dirigeants étrangers se sont gardés d'apparaître au côté d'un dirigeant israélien devant le Mur des Lamentations pour ne pas sembler prendre position sur des questions hautement sensibles de souveraineté.Le statut de Jérusalem est l'une des questions les plus épineuses du conflit israélo-palestinien.Le président américain Donald Trump s'était recueilli devant le Mur en mai 2017. Mais il était accompagné par le rabbin du Mur, Shmuel Rabinovitz, et non pas par un dirigeant israélien.