"Le conseil des ministres a décidé de ne pas prolonger les avertissements sur les voyages" à destination de l'UE et des pays associés, pour "les remplacer par des recommandations" aux voyageurs pays par pays, a déclaré Heiko Maas lors d'une conférence de presse à Berlin.

Cela ne signifie néanmoins pas que les voyages seront possibles dès le 15 juin dans l'ensemble des pays concernés: la Norvège prévoit ainsi de prolonger ses restrictions au delà de cette date, l'Espagne envisage d'accueillir de nouveau des touristes étrangers fin juin, a souligné le ministre.

Les recommandations pour ces pays seront ainsi publiées une fois ces restrictions levées.

La première économie européenne avait mis en place ces "mises en garde" aux voyageurs mondiaux, généralement réservées aux pays en guerre ou politiquement instables, à la mi-mars dans l'objectif de ralentir la propagation du nouveau coronavirus.

Les déplacements étaient de toute façon très compliqués en raison de la quasi-paralysie de la flotte aérienne mondiale, du renforcement des contrôles aux frontières et de l'obligation faite aux voyageurs de rester deux semaines en quarantaine à leur arrivée.

Une telle mesure est d'ailleurs toujours en vigueur en Grande-Bretagne, a souligné M. Maas, si bien que le gouvernement va, dans sa recommandation pour ce pays, déconseiller de s'y rendre.

"Les recommandations (...) voyages ne sont pas des invitations aux voyages", a précisé le ministre social-démocrate, demandant aux touristes allemands traditionnellement très friands de vacances estivales à l'étranger de bien peser leur décision avant de boucler leur valise.

"Il faut éviter qu'une reprise du tourisme conduise à une deuxième vague d'infection" au nouveau coronavirus, a-t-il souligné.

Lors de la première vague de la pandémie, le gouvernement a rapatrié quelque 240.000 touristes bloqués sur leurs lieux de villégiature dans le monde entier, une opération coûteuse que le gouvernement n'entend pas réitérer cet été, a redit M. Maas.

"Le conseil des ministres a décidé de ne pas prolonger les avertissements sur les voyages" à destination de l'UE et des pays associés, pour "les remplacer par des recommandations" aux voyageurs pays par pays, a déclaré Heiko Maas lors d'une conférence de presse à Berlin.Cela ne signifie néanmoins pas que les voyages seront possibles dès le 15 juin dans l'ensemble des pays concernés: la Norvège prévoit ainsi de prolonger ses restrictions au delà de cette date, l'Espagne envisage d'accueillir de nouveau des touristes étrangers fin juin, a souligné le ministre. Les recommandations pour ces pays seront ainsi publiées une fois ces restrictions levées.La première économie européenne avait mis en place ces "mises en garde" aux voyageurs mondiaux, généralement réservées aux pays en guerre ou politiquement instables, à la mi-mars dans l'objectif de ralentir la propagation du nouveau coronavirus.Les déplacements étaient de toute façon très compliqués en raison de la quasi-paralysie de la flotte aérienne mondiale, du renforcement des contrôles aux frontières et de l'obligation faite aux voyageurs de rester deux semaines en quarantaine à leur arrivée.Une telle mesure est d'ailleurs toujours en vigueur en Grande-Bretagne, a souligné M. Maas, si bien que le gouvernement va, dans sa recommandation pour ce pays, déconseiller de s'y rendre."Les recommandations (...) voyages ne sont pas des invitations aux voyages", a précisé le ministre social-démocrate, demandant aux touristes allemands traditionnellement très friands de vacances estivales à l'étranger de bien peser leur décision avant de boucler leur valise."Il faut éviter qu'une reprise du tourisme conduise à une deuxième vague d'infection" au nouveau coronavirus, a-t-il souligné.Lors de la première vague de la pandémie, le gouvernement a rapatrié quelque 240.000 touristes bloqués sur leurs lieux de villégiature dans le monde entier, une opération coûteuse que le gouvernement n'entend pas réitérer cet été, a redit M. Maas.