Une lueur d'espoir dans un ciel sépulcral. Lueur fragile et un rien énigmatique pour les non-initiés, car elle émane de deux formules absconses : Regn-EB3 et mAb114. En clair, les noms de deux nouveaux traitements de la fièvre hémorragique Ebola, terrifiant virus hypercontagieux, transmis via les fluides corporels, sang, salive, sécrétions, vomissures ou excréments. A en juger par l'essai clinique conduit par une agence américaine en République démocratique du Congo (RDC), ces molécules seraient à même de réduire le taux de mortalité des malades infectés par ce virus, le ramenant à 30 % environ, contre 50 % avec les médicaments en usage, et près de 70 % en l'absence de toute démarche curative.
...