Dans un discours à la nation de près de deux heures depuis le Congrès réuni au grand complet à Valparaiso (120 km à l'ouest de Santiago), la présidente socialiste a précisé que la mesure bénéficiera à quelque 260.000 étudiants les plus pauvres du pays.

"Ceci est cohérent avec ce que nous avons proposé, et nous allons continuer à progresser régulièrement vers la gratuité universelle", a déclaré la présidente, ajoutant qu'elle espérait que vers la fin de sa présidence, en 2018, 70% du groupe d'étudiants les plus vulnérables profitent de la gratuité de l'enseignement, pour atteindre 100% en 2020.

Les étudiants chiliens réclament une éducation publique de qualité et une réforme en profondeur d'un système éducatif largement privatisé et inégalitaire, hérité de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990).

Quelques 6.000 personnes, en majorité des étudiants, ont manifesté près du Parlement pendant le discours de Mme Bachelet, réclamant une plus grande participation au processus de réforme. Des échauffourées ont ensuite opposé des manifestants et des policiers, faisant 20 blessés, dont un étudiant gravement blessé à la tête, selon la police qui a indiqué avoir arrêté 37 personnes.

Dans un discours à la nation de près de deux heures depuis le Congrès réuni au grand complet à Valparaiso (120 km à l'ouest de Santiago), la présidente socialiste a précisé que la mesure bénéficiera à quelque 260.000 étudiants les plus pauvres du pays. "Ceci est cohérent avec ce que nous avons proposé, et nous allons continuer à progresser régulièrement vers la gratuité universelle", a déclaré la présidente, ajoutant qu'elle espérait que vers la fin de sa présidence, en 2018, 70% du groupe d'étudiants les plus vulnérables profitent de la gratuité de l'enseignement, pour atteindre 100% en 2020. Les étudiants chiliens réclament une éducation publique de qualité et une réforme en profondeur d'un système éducatif largement privatisé et inégalitaire, hérité de la dictature d'Augusto Pinochet (1973-1990). Quelques 6.000 personnes, en majorité des étudiants, ont manifesté près du Parlement pendant le discours de Mme Bachelet, réclamant une plus grande participation au processus de réforme. Des échauffourées ont ensuite opposé des manifestants et des policiers, faisant 20 blessés, dont un étudiant gravement blessé à la tête, selon la police qui a indiqué avoir arrêté 37 personnes.