Une partie des enquêtes judiciaires en cours sont pilotées par le puissant bureau du procureur fédéral de Manhattan, à l'origine de l'inculpation de Michael Cohen, l'ex-avocat personnel de Donald Trump, condamné à trois ans de prison et devenu un dangereux témoin à charge. C'est aussi à New York que siège la Trump Organization, société familiale qui chapeaute les affaires de Donald Trump et qui est au coeur de plusieurs investigations. Elle est aujourd'hui dirigée par ses deux fils, Donald Junior et Eric Trump. Voici un résumé des principales affaires synonymes d'ennuis potentiels pour le président milliardaire:

Paiements à d'ex-maîtresses

Une affaire particulièrement explosive touche aux paiements potentiellement illégaux en faveur de deux ex-maîtresses présumées de Donald Trump, Stormy Daniels et Karen McDougal, en échange de leur silence pendant la campagne présidentielle 2016. L'ex-avocat Michael Cohen a indiqué que ces paiements, en violation des lois sur le financement des campagnes électorales, avaient été effectués à la demande expresse de Donald Trump.

Deux proches de Trump soupçonnés d'avoir facilité ces versements, le patron du tabloïd National Enquirer David Pecker, et le directeur financier de la Trump Organization, Allen Weisselberg, coopèrent avec les enquêteurs. De nouvelles inculpations ne sont pas exclues. Une troisième femme, Summer Zervos, ex-candidate à "The Apprentice", un jeu de télé-réalité ayant fait la célébrité de Donald Trump, a par ailleurs attaqué le président pour diffamation à New York. Elle l'accuse d'avoir nié l'avoir touchée de force. Le président pourrait être obligé un jour de témoigner dans cette affaire.

Malversations à la Trump Organization?

Lors de son audition publique au Congrès en février, Michael Cohen a fait état de possibles opérations frauduleuses au sein de la Trump Organization, évoquant des évaluations erronées d'actifs dans le but de décrocher des prêts, d'obtenir des réductions d'impôts ou de meilleures indemnisations d'assurances. Sur ces dossiers, le directeur financier Allen Weisselberg, au service de la famille Trump depuis 40 ans, pourrait fournir une aide précieuse à la justice.

Autres enquêtes new-yorkaises, mais au niveau de l'Etat: la Fondation Trump, très liée à la Trump Organization et déjà condamnée à s'auto-dissoudre, est dans le collimateur du fisc. La procureure générale de l'Etat de New York a aussi accusé au civil la Fondation d'avoir financé des dépenses personnelles de Trump.

Cérémonie d'investiture au financement controversé

Michael Cohen a évoqué de possibles malversations dans le financement de cette très coûteuse cérémonie en janvier 2017. Les procureurs new-yorkais enquêtent notamment sur de possibles dons illégaux de citoyens étrangers et sur de fausses déclarations potentielles à la Commission électorale fédérale, selon le New York Times.

Soupçons autour de l'hôtel Trump de Washington

Autre procès au civil: les procureurs de Washington et de l'Etat voisin du Maryland accusent le président de percevoir des fonds de gouvernements étrangers, notamment via son grand hôtel de Washington. Le Trump International Hotel, tout proche de la Maison Blanche et inauguré peu avant l'arrivée de Trump au pouvoir, accueille souvent des dignitaires étrangers. Leur plainte s'appuie sur une clause de la Constitution américaine, dite "clause sur les émoluments", qui interdit à toute personne occupant une fonction publique d'accepter cadeau ou émolument d'un Etat ou officiel étranger.

Enquêtes au Congrès

La nouvelle majorité démocrate au Congrès a lancé plusieurs enquêtes touchant à des soupçons d'entrave à la justice de Donald Trump, d'influence étrangère, d'abus de pouvoir ou même au contenu des conversations que le président républicain a eues avec Vladimir Poutine lors de leur sommet d'Helsinki en juillet 2018.

Deux commissions parlementaires, la commission judiciaire présidée par Jerry Nadler, et la commission du renseignement présidée par Adam Schiff, sont en pointe, et ont prévu de convoquer elles aussi des proches de Donald Trump, comme Allen Weisselberg. Mais d'autres commissions fouillent aussi dans d'autres directions, notamment la situation fiscale du président qui, contrairement à tous ses prédecesseurs récents, n'a jamais publié ses déclarations d'impôts.

Une partie des enquêtes judiciaires en cours sont pilotées par le puissant bureau du procureur fédéral de Manhattan, à l'origine de l'inculpation de Michael Cohen, l'ex-avocat personnel de Donald Trump, condamné à trois ans de prison et devenu un dangereux témoin à charge. C'est aussi à New York que siège la Trump Organization, société familiale qui chapeaute les affaires de Donald Trump et qui est au coeur de plusieurs investigations. Elle est aujourd'hui dirigée par ses deux fils, Donald Junior et Eric Trump. Voici un résumé des principales affaires synonymes d'ennuis potentiels pour le président milliardaire:Une affaire particulièrement explosive touche aux paiements potentiellement illégaux en faveur de deux ex-maîtresses présumées de Donald Trump, Stormy Daniels et Karen McDougal, en échange de leur silence pendant la campagne présidentielle 2016. L'ex-avocat Michael Cohen a indiqué que ces paiements, en violation des lois sur le financement des campagnes électorales, avaient été effectués à la demande expresse de Donald Trump.Deux proches de Trump soupçonnés d'avoir facilité ces versements, le patron du tabloïd National Enquirer David Pecker, et le directeur financier de la Trump Organization, Allen Weisselberg, coopèrent avec les enquêteurs. De nouvelles inculpations ne sont pas exclues. Une troisième femme, Summer Zervos, ex-candidate à "The Apprentice", un jeu de télé-réalité ayant fait la célébrité de Donald Trump, a par ailleurs attaqué le président pour diffamation à New York. Elle l'accuse d'avoir nié l'avoir touchée de force. Le président pourrait être obligé un jour de témoigner dans cette affaire.Lors de son audition publique au Congrès en février, Michael Cohen a fait état de possibles opérations frauduleuses au sein de la Trump Organization, évoquant des évaluations erronées d'actifs dans le but de décrocher des prêts, d'obtenir des réductions d'impôts ou de meilleures indemnisations d'assurances. Sur ces dossiers, le directeur financier Allen Weisselberg, au service de la famille Trump depuis 40 ans, pourrait fournir une aide précieuse à la justice.Autres enquêtes new-yorkaises, mais au niveau de l'Etat: la Fondation Trump, très liée à la Trump Organization et déjà condamnée à s'auto-dissoudre, est dans le collimateur du fisc. La procureure générale de l'Etat de New York a aussi accusé au civil la Fondation d'avoir financé des dépenses personnelles de Trump.Michael Cohen a évoqué de possibles malversations dans le financement de cette très coûteuse cérémonie en janvier 2017. Les procureurs new-yorkais enquêtent notamment sur de possibles dons illégaux de citoyens étrangers et sur de fausses déclarations potentielles à la Commission électorale fédérale, selon le New York Times.Autre procès au civil: les procureurs de Washington et de l'Etat voisin du Maryland accusent le président de percevoir des fonds de gouvernements étrangers, notamment via son grand hôtel de Washington. Le Trump International Hotel, tout proche de la Maison Blanche et inauguré peu avant l'arrivée de Trump au pouvoir, accueille souvent des dignitaires étrangers. Leur plainte s'appuie sur une clause de la Constitution américaine, dite "clause sur les émoluments", qui interdit à toute personne occupant une fonction publique d'accepter cadeau ou émolument d'un Etat ou officiel étranger.La nouvelle majorité démocrate au Congrès a lancé plusieurs enquêtes touchant à des soupçons d'entrave à la justice de Donald Trump, d'influence étrangère, d'abus de pouvoir ou même au contenu des conversations que le président républicain a eues avec Vladimir Poutine lors de leur sommet d'Helsinki en juillet 2018.Deux commissions parlementaires, la commission judiciaire présidée par Jerry Nadler, et la commission du renseignement présidée par Adam Schiff, sont en pointe, et ont prévu de convoquer elles aussi des proches de Donald Trump, comme Allen Weisselberg. Mais d'autres commissions fouillent aussi dans d'autres directions, notamment la situation fiscale du président qui, contrairement à tous ses prédecesseurs récents, n'a jamais publié ses déclarations d'impôts.