Les autorités turques les ont "informés de la position de la Turquie au sujet du Parti de l'union démocratique (PYD, Kurdes de Syrie)", a indiqué à l'AFP un responsable du ministère des Affaires étrangères, ajoutant que "les mises en garde nécessaires leur ont été adressées". Ankara considère le PYD comme un parti "frère" du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène la guérilla depuis 1984 contre ses forces de sécurité sur son territoire.

Le Pentagone a annoncé lundi avoir largué des munitions aux milices du PYD qui combattent l'EI dans le nord de la Syrie.

La Russie est de son côté entrée en lice dans le conflit en Syrie en soutien au régime du président Bachar al-Assad. Ces derniers jours, elle a multiplié les frappes contre les mouvements rebelles qui le combattent, dont ceux de l'EI.

Les autorités turques les ont "informés de la position de la Turquie au sujet du Parti de l'union démocratique (PYD, Kurdes de Syrie)", a indiqué à l'AFP un responsable du ministère des Affaires étrangères, ajoutant que "les mises en garde nécessaires leur ont été adressées". Ankara considère le PYD comme un parti "frère" du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène la guérilla depuis 1984 contre ses forces de sécurité sur son territoire. Le Pentagone a annoncé lundi avoir largué des munitions aux milices du PYD qui combattent l'EI dans le nord de la Syrie. La Russie est de son côté entrée en lice dans le conflit en Syrie en soutien au régime du président Bachar al-Assad. Ces derniers jours, elle a multiplié les frappes contre les mouvements rebelles qui le combattent, dont ceux de l'EI.