"Nous pouvons confirmer que ce diplomate a été expulsé. Il a quitté le pays le 11 décembre", a affirmé à l'AFP, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nelson Kgwete.

"Il a été arrêté en mai au Mozambique pour des soupçons de trafic de corne de rhinocéros. Il conduisait une voiture diplomatique immatriculée en Afrique du Sud ", a t-il ajouté.

Selon le site internet News24, le diplomate nord-coréen avait été interpellé avec 4,5 kilos de corne de rhinocéros et 99.300 dollars d'argent liquide sur lui.

Libéré contre une caution de 30.000 dollars, il était rentré discrètement en Afrique du Sud. Le mois dernier, les autorités sud-africaines lui ont laissé trente jours pour quitter le pays, selon News24.

L'Afrique du Sud a enregistré en 2014 le pire massacre de son histoire avec 1.215 rhinos tués, la plupart dans le célèbre parc Kruger (nord-est). Ce triste record devrait être battu cette année.

Ce trafic alimente un marché clandestin de la médecine traditionnelle asiatique, notamment au Vietnam et en Chine, où l'on prête des vertus thérapeutiques - non prouvées scientifiquement - à la poudre de corne.

"Nous pouvons confirmer que ce diplomate a été expulsé. Il a quitté le pays le 11 décembre", a affirmé à l'AFP, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nelson Kgwete."Il a été arrêté en mai au Mozambique pour des soupçons de trafic de corne de rhinocéros. Il conduisait une voiture diplomatique immatriculée en Afrique du Sud ", a t-il ajouté. Selon le site internet News24, le diplomate nord-coréen avait été interpellé avec 4,5 kilos de corne de rhinocéros et 99.300 dollars d'argent liquide sur lui. Libéré contre une caution de 30.000 dollars, il était rentré discrètement en Afrique du Sud. Le mois dernier, les autorités sud-africaines lui ont laissé trente jours pour quitter le pays, selon News24. L'Afrique du Sud a enregistré en 2014 le pire massacre de son histoire avec 1.215 rhinos tués, la plupart dans le célèbre parc Kruger (nord-est). Ce triste record devrait être battu cette année. Ce trafic alimente un marché clandestin de la médecine traditionnelle asiatique, notamment au Vietnam et en Chine, où l'on prête des vertus thérapeutiques - non prouvées scientifiquement - à la poudre de corne.