"Les parties se sont mises d'accord sur les détails financiers concernant le pétrole, donc c'est fait", a annoncé, sans détail sur l'accord, l'ex-président sud-africain, à l'issue d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) dans la capitale éthiopienne Addis Abeba.

"Le pétrole va couler, " a-t-il poursuivi, sans non plus préciser quand. "Ce qui reste (à faire), étant donné qu'il y a un accord, c'est de discuter les prochaines étapes, quand les compagnies pétrolières vont devoir se préparer à reprendre la production de pétrole et l'exportation".

Lors d'une brève visite dans la capitale sud-soudanaise Juba vendredi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a exhorté le Soudan du Sud et le Soudan à faire des compromis pour régler les différends jamais réglés depuis l'accès à l'indépendance du Soudan du Sud le 9 juillet 2011.

Mme Clinton a aussi appelé Juba à conclure "un accord provisoire" avec Khartoum sur le pétrole, afin de permettre une reprise de la production sud-soudanaise, à l'arrêt depuis janvier.

Le Soudan du Sud a hérité des trois quarts des ressources pétrolières du Soudan d'avant partition à la sécession. Mais il reste entièrement tributaire des oléoducs du Nord pour exporter. Faute d'accord sur la redevance à payer par Juba à Khartoum sur le pétrole sud-soudanais qui transite par le territoire soudanais, le Nord avait décidé de se payer en nature en prélevant du brut à son passage. Furieux, le Sud avait alors stoppé sa production.

Levif.be, avec Belga

"Les parties se sont mises d'accord sur les détails financiers concernant le pétrole, donc c'est fait", a annoncé, sans détail sur l'accord, l'ex-président sud-africain, à l'issue d'une réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) dans la capitale éthiopienne Addis Abeba. "Le pétrole va couler, " a-t-il poursuivi, sans non plus préciser quand. "Ce qui reste (à faire), étant donné qu'il y a un accord, c'est de discuter les prochaines étapes, quand les compagnies pétrolières vont devoir se préparer à reprendre la production de pétrole et l'exportation". Lors d'une brève visite dans la capitale sud-soudanaise Juba vendredi, la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a exhorté le Soudan du Sud et le Soudan à faire des compromis pour régler les différends jamais réglés depuis l'accès à l'indépendance du Soudan du Sud le 9 juillet 2011. Mme Clinton a aussi appelé Juba à conclure "un accord provisoire" avec Khartoum sur le pétrole, afin de permettre une reprise de la production sud-soudanaise, à l'arrêt depuis janvier. Le Soudan du Sud a hérité des trois quarts des ressources pétrolières du Soudan d'avant partition à la sécession. Mais il reste entièrement tributaire des oléoducs du Nord pour exporter. Faute d'accord sur la redevance à payer par Juba à Khartoum sur le pétrole sud-soudanais qui transite par le territoire soudanais, le Nord avait décidé de se payer en nature en prélevant du brut à son passage. Furieux, le Sud avait alors stoppé sa production. Levif.be, avec Belga