Le conducteur, blessé, "doit être entendu par la police à l'hôpital où il a été placé sous surveillance", a indiqué un communiqué du Tribunal supérieur de justice de Galice, le juge chargé de l'enquête n'ayant à ce stade ordonné "aucune interpellation".

"Le juge a demandé à la police de prendre sa déclaration", a déclaré la porte-parole du Tribunal de Galice, région du nord-ouest de l'Espagne où s'est produite la catastrophe ferroviaire, la pire en près de 70 ans dans le pays.

Le conducteur "sera assisté d'un avocat" pendant cet interrogatoire, puis il devra témoigner devant le juge, a-t-elle précisé. Cet interrogatoire, initialement prévu jeudi, pourrait finalement être reporté à vendredi.

Le conducteur aurait reconnu avoir abordé le dangereux virage à 190 km/h au lieu des 80 km/h requis. Sur Facebook, l'homme aurait indiqué défier parfois les contrôles en circulant à 200 km/h avec le train, rapporte le quotidien El Pais. L'homme, qui a trente ans d'expérience, ne souffre que de blessures légères.

Le conducteur, blessé, "doit être entendu par la police à l'hôpital où il a été placé sous surveillance", a indiqué un communiqué du Tribunal supérieur de justice de Galice, le juge chargé de l'enquête n'ayant à ce stade ordonné "aucune interpellation"."Le juge a demandé à la police de prendre sa déclaration", a déclaré la porte-parole du Tribunal de Galice, région du nord-ouest de l'Espagne où s'est produite la catastrophe ferroviaire, la pire en près de 70 ans dans le pays.Le conducteur "sera assisté d'un avocat" pendant cet interrogatoire, puis il devra témoigner devant le juge, a-t-elle précisé. Cet interrogatoire, initialement prévu jeudi, pourrait finalement être reporté à vendredi.Le conducteur aurait reconnu avoir abordé le dangereux virage à 190 km/h au lieu des 80 km/h requis. Sur Facebook, l'homme aurait indiqué défier parfois les contrôles en circulant à 200 km/h avec le train, rapporte le quotidien El Pais. L'homme, qui a trente ans d'expérience, ne souffre que de blessures légères.